L’IRCGN forme des experts ukrainiens à l’utilisation du LAB’DNA

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Pour soutenir les efforts des autorités ukrainiennes et de la Cour pénale internationale (CPI) pour demander des comptes et traduire en justice les responsables des exactions massives dans le cadre de l’agression russe contre l’Ukraine, la France a depuis plusieurs actions concrètes de la crise, à travers les services du ministère de l’intérieur et de l’outre-mer (MIOM) et du ministère de l’Europe et des affaires étrangères (MEAE).

Par exemple, à la demande des autorités ukrainiennes, une mission composée de deux médecins légistes et d’une quinzaine d’experts de l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) a été déployée sur le terrain pendant près de trois mois.

Plus récemment, le Centre de crise et de soutien du MEAE a mis à la disposition du procureur général ukrainien un nouveau laboratoire mobile dédié à l’analyse rapide de l’ADN et à l’expertise, similaire à celui de la mission ukrainienne de soutien médico-légal. Ce LAB’ADN, financé par le MEAE, est « un dispositif projetable sans équivalent dans le monde de la génétique médico-légale, permettant des analyses génétiques rapides d’un grand nombre d’échantillons biologiques », souligne le communiqué conjoint des deux ministères.

À noter :

Formation des experts ukrainiens

Formation des experts ukrainiens

Dispositif unique au monde, breveté par la Gendarmerie Nationale, le LAB’ADN a été conçu par l’IRCGN et développé en collaboration avec la société française TRACIP (groupe Deveryware). Utilisé avec succès à titre exploratoire lors de la catastrophe du Germanwings en 2015, il a été validé en France par la commission interministérielle compétente le 6 janvier 2016. Il a depuis fait ses preuves en juillet 2016, dans le cadre de l’attentat de Nice, pour contribuer à l’identification rapide des victimes au plus près du lieu des événements, à l’automne 2021 après la tempête Alex, lors de la crise sanitaire pour renforcer les capacités de détection de l’AP-HP, et plus récemment en Ukraine.

À LIRE  Biarritz : le Covid a provoqué le coma de Barbara, une prof de fitness bien portante

Après la livraison du LAB’ADN à Kiev le 14 juillet, et dans la continuité des actions de coopération entre la France et l’Ukraine, le Centre Judiciaire de la Gendarmerie Nationale (PJGN) a envoyé deux experts de l’IRCGN dans la capitale ukrainienne pour une mission de six jours, visant à former leurs homologues ukrainiens à l’utilisation autonome du LAB’ADN fourni par la France.

En plus de partager leurs connaissances et leurs retours d’expérience sur l’identification des victimes par ADN, les experts français ont présenté plus spécifiquement chacune des étapes d’analyse ADN développées dans leur laboratoire mobile, afin de proposer les méthodes les plus rapides et les plus efficaces répondant aux besoins de leurs interlocuteurs. .

« Ces échanges étaient très proches et très rythmés. Tout le monde a pris une part active en interagissant avec tous les instruments analytiques et le labo mobile, pour développer l’automatisation indispensable à avoir quand on est en mission sur le terrain », confie l’un des deux experts de l’IRCGN, avant de préciser : « Nous nous sentons utiles et fiers d’apporter notre contribution à l’action de la gendarmerie pour qu’elle continue à répondre dans son appui technique à l’Ukraine. »