Lizio (56). Bois et Bûches renaît de ses cendres et s’occupe de la production industrielle

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Située au cœur de la campagne morbihannaise, l’entreprise Bois et Bûches va augmenter sa production de bois lamellé collé. D’ici deux ans, elle triplera sa capacité pour produire environ 20 000 tonnes de grumes épaisses chaque année. L’entreprise, dirigée depuis deux ans et demi par Romain Le Goaster, investit dans de nouvelles machines et une troisième ligne de production pour atteindre cet objectif.

Le plan de la future chaîne de production est de tapisser tout un mur de son bureau. C’est comme une fenêtre sur un avenir heureux. Après le dirigeant, en juillet 2019, la société Rid Solution est rebaptisée Bois et Bûches et certaines des complications qui s’ensuivent, Romain Le Goaster concrétise enfin la sortie de la filière et l’organisation de son activité commerciale : la production dans la production industrielle de produits densifiés . grumes de bois de grande valeur*.

Nouveau nom, levée de fonds, transparence pour l’accompagner dans cet investissement matériel et humain de 1,2 millions d’euros. En vue : le triplement de la capacité de production jusqu’à une cadence de 4 tonnes de grumes par heure, au lieu de 1,5 tonne actuellement. « Cela comprend l’achat d’une nouvelle machine capable de 3 tonnes/heure, un nouveau séchoir pour assurer la qualité du bois, une nouvelle presse pour ouvrir une troisième ligne de production et l’utilisation d’une partie du travail, c’est comme mettre les bûches. J’ai aussi embauché un directeur d’usine pour organiser cette mutation industrielle », explique le responsable et pilote de ce gros projet, un groupement financé par France Relance (250 000 euros pour l’accompagnement à la robotisation).

90% des ventes en GMS

Le marché du bois semble en plein essor. Confirmé par le nombre croissant de commandes passées par les producteurs de Publicité : ils réservent dès ce printemps les ventes qu’ils liquideront à l’automne sur leurs étagères. Bois et Bûches est vendu dans de nombreux magasins du Grand Ouest. « 90 % de nos ventes se font en GMS, 10 % auprès des particuliers », confirme Romaine Le Goaster. Avec la fermeture récente et l’ouverture massive de nombreuses résidences secondaires en hiver, le marché des chalets en bois rond a connu un véritable boom. Et ce n’est pas fini : « L’Ademe envisage un marché en croissance dans les années à venir », précise Romain Le Goaster. Selon le contrat en cause, 100 000 tonnes de grumes solides sont utilisées par an en France, dont 60 000 tonnes produites localement. « Dans 10 ans, la production devrait atteindre 1 million de tonnes.

À LIRE  Est-il encore possible de sauver le soldat EDF ?

Economie circulaire et production locale

De quoi conforter les décisions et les convictions du client morbihannais qui est en pleine harmonie avec ce métier qu’il se veut éthique. « Notre force motrice et notre raison d’être est de valoriser le bois de bocage », précise Romain Le Goaster. Passionné par les cycles courts, l’entrepreneur breton est engagé dans une dynamique de transformation. Sa nouvelle activité allie économie et production locale : « on récupère les bûches non transformées, qu’on transforme en sciure sèche (moins de 20% d’humidité) avant d’être installées dans la machine et sans additif », insiste Romain Le Goaster, qui envisage des partenariats. avec les agriculteurs et les collectivités locales pour assurer l’acheminement de leurs déchets végétaux, considérés comme dangereux dans les Bois et Bûches.

Avant d’exploiter cette entreprise, 7 000 palettes en bois provenaient de Rid-Solution chaque année. Avec l’amélioration et l’augmentation de sa capacité de production, Bois et Bûches vise à produire 20 000 par an d’ici deux ans, réalisant une palette, se vendant entre 350 et 400 euros à livrer, ce qui équivaut à 4 mètres cubes de bois. « Nous allons également développer la vente directe, avec le lancement d’un site e-commerce, et introduire le service de livraison comme un moteur sans éléments supplémentaires, par exemple », prédit le Romain Le Goaster.

Le soutien de la CCI du Morbihan 

Entrepreneur viscéral, formé à la comptabilité avant de se passionner pour l’environnement et la gestion d’entreprises, Romain Le Goaster a rencontré de nombreux obstacles dans le temps pour attirer cette entreprise cible. « La première année, j’ai travaillé à temps et perdu de l’argent pour redresser l’affaire et améliorer les compétences des ouvriers de l’atelier », raconte le quadragénaire. Printemps 2020, premier permis d’affaiblissement des capacités de production. « Je dirigeais l’usine moi-même pour assurer l’activité et la trésorerie. »

À LIRE  Quel est le prix d'un service de plombier à Douai ?

Fin 2020, l’entreprise a été gravement touchée par une raison externe. « L’usine a failli s’arrêter pendant quelques mois. On a failli mourir », souligne Romain Le Goaster, dont la motivation commençait à s’estomper, voire à sombrer. Entouré de sa famille, de ses amis et de ses collègues professionnels, Romain Le Goaster était aussi avec la CCI du Morbihan dans cette traversée du désert. De temps en temps, un conseiller consulaire l’appelait pour le surveiller et l’aider à se remettre sur les rails. « Il m’a donné le carburant pour continuer à être l’entrepreneur que je suis et m’a orienté vers l’Association de l’Abesa qui apporte une aide psychologique particulière aux entrepreneurs en difficulté », heureusement aujourd’hui le dirigeant a retrouvé toute sa volonté de le faire. « Redonner le moral à quelqu’un qui est sur la braise est un vrai défi, c’est devenu une force pour moi et je reste très reconnaissant envers les structures qui m’ont aidé.

Depuis, Romain Le Goaster a reçu de nombreux soutiens et le titre « d’entrepreneur inspirant de l’année » lors de la remise des prix Crisalide en 2021. Actuellement occupé à développer son entreprise et à renouveler son école de production, il se souvient de donner du temps à son prochain. l’humanité, « quand les choses seront calmes et que les choses tourneront, je donnerai de mon temps, en revanche, pour aider les hommes d’affaires en difficulté ».

* selon Romain Le Goaster, le pouvoir calorifique d’une bûche de bois traité est égal à 4 à 5 bûches de bois normal.