L’origine du bonheur estival : en 1811, sur les traces d’un touriste nommé Stendhal

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

L’histoire retiendra que l’extase eut lieu le jeudi 26 septembre 1811, sous les voûtes de Santa Croce. Henri Beyle, 28 ans, est arrivé à Florence à l’aube, un ver qu’il avait mangé de sa chevauchée cahoteuse. En regardant le Duomo au loin, il sentit son « cœur battre ». La cité des Médicis, il ne la connaît que dans les livres et les gravures. Mais si bien qu’il n’a pas besoin de demander son chemin pour Santa Croce. Dans la basilique, il se promène entre les tombeaux de Michel-Ange, Machiavel, Galilée… ces génies qu’il admire beaucoup.

À LIRE  5 bateaux de luxe qui allient minimalisme et écologie