Lutte pour le climat – Copenhague, la ville qui ne veut plus de son carbone

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Votre navigateur est expiré. Mettez-le à jour vers la dernière version ou passez à un autre navigateur comme Chrome, Safari, Firefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Vous n’avez pas d’abonnement actifSoutenez un journalisme de qualité près de chez vous. Accédez à tout le contenu.Inscrivez-vous

A l’heure de la crise climatique et énergétique, la capitale danoise et ses habitants ouvrent la voie ambitieuse vers des villes neutres en CO₂. rapport.

Avec sa piste de ski sur le toit et le mur d’escalade le plus haut du monde, l’incinérateur de Copenhill est devenu le symbole de la ville.

La jeune femme qui me tend les skis aiguisés m’avertit en souriant : « C’est comme le ski sur glace, mais on s’y habitue. Si tu descends ici, tu descends partout ! Bienvenue à Copenhill, une piste de ski surréaliste en plein centre de Copenhague. Niché sur le toit en pente massif de l’incinérateur d’ordures géant, c’est l’emblème probablement aussi connu des Danois aujourd’hui que la Petite Sirène. Et, sans aucun doute, le bâtiment est imposant.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

À LIRE  Le nouvel éco : Shopopop, l'application de livraison de courses entre particuliers fonctionne dans l'Hérault