Manque de graisse. Les files d’attente aux stations-service ne suffisent pas à convaincre les experts

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Des files d’attente prioritaires ont été mises en place dans certaines stations-service des Hauts-De-France, réservées notamment aux services d’urgence et de secours et au personnel médical et paramédical. Contraints de s’organiser différemment, ces professionnels restent profondément concernés.

Dans une station-service de Soissons dans l’Aisne, un camion de livraison vient de démarrer. Ici au moins l’ambulancier Charles Talar pourra faire le plein, et c’est un grand soulagement : « Je suis arrivé en zone rouge, réserve. Et puis les courses sont derrière nous, donc il était temps de faire le plein. »

Car si le staff médical fait partie des spécialistes qui ont accès à la file d’attente prioritaire, il n’est pas forcément garanti qu’ils trouveront le carburant. Les services doivent donc s’organiser. L’horloge est réglée pour reconnaître les stations diffusées récemment.

Caroline Henry, aide-soignante à l’association médico-sociale Anne Morgan à Soissons, n’a pas le choix car les véhicules utilisés pour les visites à domicile doivent obligatoirement être motorisés : « Même si ce sont des véhicules prioritaires pour le ravitaillement, ils restent encore occasionnellement une heure, Une heure et demie. (…) et forcément, à cette heure, on ne peut pas être avec les usagers. (…) On s’excuse plus tard, mais il faut vraiment faire le plein des voitures. »

Dans cette association, le dirigeant ne cache pas ses inquiétudes. Le service est maintenu, mais 300 aides à domicile doivent traverser le département chaque jour, et la logistique se complique : « C’est une situation très, très tendue qui complique, voire menace le travail qui a déjà été fait, car cela crée beaucoup. tensions au niveau professionnel, estime Muriel Hyacinthe, directrice générale de l’association. Nous ne pouvons pas nous empêcher de rentrer à la maison. Nous mettrions en danger la sécurité des personnes auprès desquelles nous intervenons. »

À LIRE  Guilherand-Granges. Bel échauffement pour les handballeurs

Pour faire gagner du temps aux administrateurs, cette association a mobilisé son personnel administratif pour remplir les véhicules. Mais comme beaucoup d’autres, elle pourrait être contrainte de reporter certaines visites à domicile si son état persiste.