MANUEL. Pas de repos pour les pauvres

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

La gentrification des voyages est en marche. Avec la hausse du marché et l’inflation, les prix montent en flèche partout.

La gentrification des voyages est en marche. Avec la hausse du marché et l’inflation, les prix montent en flèche partout.

Je ne vois aucune insulte dans ce titre éditorial. Au contraire. C’est un appel aux nombreuses familles qui peinent à joindre les deux bouts. Et ils ont besoin, comme tout le monde, de partir en vacances avec leurs tribus.

Mais où sont passés les beaux discours de Jacques Maillot (Nouvelles Frontières) ou Hervé Vighier (Marmara) sur la démocratisation du tourisme ? N’oubliez pas, le sacro-saint « droit » aux vacances…

Aujourd’hui, tout devient exclusif, vous traduisez aussi une hausse de prix. Club Med (normal), Pierre et Vacances Center Parcs ou encore Fram. Même les hôtels, même les campings, malgré les discussions sur l’abordabilité. Sans oublier les croisières et les parcs d’attractions.

Cependant, ce n’est pas l’inflation qui calmera le sport national de performance. Le transport aérien est en plein essor (+ 57 % en Thaïlande, + 49 % aux États-Unis, ça pique !). La SNCF s’apprête également à augmenter ses tarifs, déjà souvent élevés. Les vacances au ski rapportent aussi des euros à la tête, comme le montre le baromètre de l’Orchestre de L’Echo touristique. En septembre, le panier moyen a enregistré une croissance à deux chiffres pour un total de 15 des 20 destinations. Cette augmentation du montant des commandes atteint des sommets en France métropolitaine (+ 34 %), en Égypte (+ 35 %) et en Thaïlande (+ 36 %).

À LIRE  Les plateformes recherchent leur algorithme de croisière

De moins en moins de marques annoncent des vacances abordables. Et on ne parle même pas des hébergements insolites, devenus des pépites marketing du luxe. Le trajet s’embourgeoise, comme à ses débuts sur les plages de Cabourg ou de Biarritz…

Alors oui, l’industrie du voyage fait face à un dilemme, les marges sont historiquement (trop) faibles. Et pour augmenter les salaires ainsi que pour payer les factures d’énergie, il faut augmenter les prix. Les agents de voyages, qui développent une véritable expérience de conciergerie (près de 24h/24), méritent une augmentation de leur rémunération. Rémunération éminemment faible au vu de la technicité croissante.

Mais la hausse générale des prix des vacances sera difficile à accepter pour beaucoup de Français. Si les prix élevés deviennent la solution contre le tourisme à outrance, la misère…

Olivia Grégoire, ministre déléguée au Tourisme, veut faire du tourisme social une cause nationale. Bonne chance donc, c’est un vaste chantier, qui mériterait bien un nouveau Grenelle. Car, pour faire baisser la facture, l’auvent sur sol nu ne conviendra pas à tout le monde. Et puis, les mobil-homes ont emporté une part conséquente de m2.

Articles similaires