Maroc : l’unité aux portes du désert

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

GROS REPORTAGE – Les ruines enchanteresses d’un village berbère adossé aux contreforts de l’Anti-Atlas ont séduit Thierry Teyssier, qui y a posé ses valises. L’occasion de suivre l’inclassable hôtelier sur cet itinéraire aux confins du Sahara.

Posté

Il y a 14 heures, mis à jour il y a 6 heures

Un croissant de lune se lève dans le ciel indigo. La silhouette des palmiers encadre les restes d’un mur. Pas un souffle de vent n’altère ce décor théâtral. Le long des chemins de terre, les ruines des maisons s’animent à la lueur des lanternes. Après son auréole, le bruit des chants joyeux, rythmés par les tambourins, approche. Les femmes amazighes, parées de leurs plus beaux bijoux, ont commencé l’Ahwach, une danse dont la mélodie envoûtante parle d’amitié. Un peu plus loin, un poêle à bois sent le pain encore brûler. Le scintillement des lanternes illumine l’intérieur d’une demeure dont les sols en pente forment un étrange labyrinthe. Une porte s’ouvre sur une pièce sans toit. Comme dans un conte des 1001 nuits, des centaines de bougies illuminent une table ornée d’une belle nappe brodée. Au milieu, un tajine fumant attend d’être dégusté. La gouvernante observe l’émerveillement sur les visages de ses hôtes.

Les aventures des « 700 000 heures »…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste encore 94% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

À LIRE  10 photos de lieux de rêve à découvrir aux Tuamotu