Mérignac : des œuvres inspirées d’une double culture exposées dans la Vieille Église

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Les créations de l’artiste franco-iranien Morvarid K, arrivé en France à l’âge de 9 ans, présentent un univers habité par l’entre-deux permanent, entre ici et là-bas.

Parler à Morvarid K ressemble à un voyage. La jeune artiste plasticienne franco-iranienne, dont le travail est exposé jusqu’au 18 décembre dans la Vieille Église de Mérignac, ne cesse d’évoquer les frontières, visibles…

Parler à Morvarid K ressemble à un voyage. La jeune artiste plasticienne franco-iranienne, dont le travail est exposé jusqu’au 18 décembre à la Vieille Eglise de Mérignac, ne cesse d’évoquer les frontières, visibles et invisibles, qui habitent à la fois son existence et son œuvre. Œuvre contemporaine, souvent abstraite, construite à partir de divers modes de création visuelle, de la peinture à l’installation, complétée par des bandes sonores, des vidéos. Il est vrai que cette jeune femme née à Téhéran et arrivée en France, Bordeaux, âgée de 9 ans avec sa famille, s’est construite sur la base d’une double culture, l' »entre-deux » qui caractérise son univers. « L’Iran est toujours présent dans mes oeuvres et dans ma vie, c’est viscéral », confie-t-elle lors d’une visite de l’exposition intitulée « Traces ».

À LIRE  Les croisiéristes réveillés par l'Orchestre Extinction Rebellion à Bordeaux