Mondial 2022 : les absents ont toujours tort

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Pourquoi cet article ? peut-être une réponse à mon ami Nicolas Meunier qui, un peu « provocateur », a titré un article, « il ne faut pas y aller ». Lisez son article sur les Challenges et vous aurez le complément (très pertinent) et le contrepoint à mon article. https://www.challenges.fr/automobile/mondial-de-lauto-pourquoi-il-ne-faut-surtout-pas-y-aller_831884

Il faut dire que je suis depuis quelque temps très circonspect sur la Coupe du monde 2022. Les ingrédients étaient réunis pour avoir de sérieux doutes sur la réussite ou l’intérêt d’un rendez-vous comme celui-ci.

Mais il faut essayer de prendre du recul, et la première raison qui m’a poussé à le faire était le prix des billets. Cela a évolué, grâce à un tour de passe-passe marketing! Ce n’est plus seulement 30 €, mais aussi 16 € en semaine et 20 € le week-end si vous réservez à l’avance. Et même 8€ ou 10€ si vous avez moins de 17 ans. Un prix global pas loin d’un ticket de cinéma alors qu’en 2014 il était de 14 € pour les adultes et de 8 € pour les 10-25 ans (gratuit pour les moins de 10 ans).

L’aspect coût est particulièrement plombé par la politique anti-voiture et anti-deux roues de la Mairie de Paris. Impossible de se garer à l’extérieur en 2 ou 4 roues, prix pharaonique des parkings souterrains, eux aussi complètement sous-dimensionnés. Sans oublier qu’il est impossible de se loger à Paris en voiture quand on vient de province. Nous passerons la question de la pénurie d’essence, la grève des transports en commun. Je reste sceptique sur l’utilité de faire le Mondial porte de Versailles plutôt qu’à Villepinte qui est beaucoup moins cher au m2.

Retournez dans le salon. Oui, c’est plus petit qu’avant, oui, les couloirs sans moquette sont moches, oui, le prix des stands porte de Versailles est dérisoire, oui, le circuit des clients entre les trois halls est catastrophique.

À LIRE  Remise du véhicule : quelles sont les étapes ?

Ici, j’ai pesté contre l’organisation elle-même, mais aussi et surtout contre les bâtisseurs « historiques ». Ce salon reste LE SEUL salon dit « Monde » en Europe cette année. Oui, je le dis, il est inadmissible de se dire constructeur automobile et de ne pas être représenté au Mondial de l’Auto. L’une des raisons de leur absence est leur incapacité à produire des voitures et donc à les promouvoir. Argument sans doute complété par une certaine forme d’autosuggestion sur l’inutilité des foires où il n’y a pas de ventes. Un peu comme si nous devions supprimer les salles d’exposition des concessionnaires parce que tous les clients qui viennent n’achètent pas une voiture à chaque visite. On ne veut plus vendre du rêve pour vendre une voiture, mais c’est sans doute oublier qu’une voiture équivaut à plusieurs années de salaire.

Avec peu ou pas de voitures disponibles à la vente, les constructeurs préfèrent gonfler leurs bénéfices pour revenir à leurs actionnaires plutôt que de présenter leurs produits à leurs clients. Raisonnement ultra court et quelque peu méprisable pour ces mêmes clients. Je suis étonné de l’absence de CITROEN avec sa C4 X jamais dévoilée aux clients ou de sa première mondiale Oli la semaine précédente… Ou de Mercedes présentant « en petits groupes » le SUV EQE le jour du salon. Mais pas dans le salon.

Mais revenons au fond, s’il y a moins de stands constructeurs, il y a clairement une volonté de la part du salon de « parler » aux jeunes (stand Ferrari / Motorsport, Vilebrequin) et c’est très bien, mais trop peu. : aucun texte, aucun rappel historique n’accompagnait les Ferrari par exemple. Sans oublier les 5 euros qui seront remis à Perce Neige pour entrer dans le stand.

À LIRE  Comment gagner le plus d'argent en vendant sa voiture ?

C’est aussi très sympa de pouvoir découvrir des petits constructeurs comme « La car », réinterprétation rafraîchissante de ce que peut constituer un véhicule qui va à l’essentiel, Devalliet et sa voiture de sport ou encore les Citroën habillées par Caselani qui courent des têtes selon les commentaires sur internet.

Oui, en termes de véhicules « traditionnels », les Chinois et les Vietnamiens sont là et cela nous donne l’occasion de nous rendre compte qu’ils sont à nos portes. Et il faut bien l’avouer, ils deviennent moins fades en terme de design et très acceptables en terme de qualité.

Et même si 80% des marques du marché n’y sont pas, il y a de quoi voir. Flâner dans les stands d’Alpine, Renault, DS, Dacia fait passer une belle journée. Le Groupe Renault présente pas moins de 8 concept-cars dont 5 inédits (4 Renault, 1 Dacia, 1 Alpine, 2 Mobilize).

Et Peugeot peut même se targuer de ne pas exposer de SUV, ce qui en 2022 relève de l’exploit ! Il faut juste se rendre compte qu’il ne s’agit pas du salon de l’automobile de Lyon mais d’un autre format de salon. Avec la pénurie d’essence, la circulation autour de la Porte de Versailles est très fluide, l’occasion de tester une Microlino pour le plaisir ou de découvrir un BYD.

En conclusion, calmez-vous, je regrette l’absence de tous ces constructeurs, mais ce salon pour moi confirme surtout que les Français veulent encore des voitures et des salons automobiles.