Négociations dans le domaine de l’immobilier : comment procéder pour réussir ?

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Vous êtes amoureux d’une maison ou d’un appartement, mais trouvez son prix trop élevé ? Et si vous pensiez faire du trading ? Développez votre stratégie, car cette étape essentielle de la transaction implique une vraie préparation.

Sommaire

Quelle est la marge de négociation immobilière ?

Vous pouvez faire une offre d’achat absolument inférieure au prix affiché. Mais dites-vous que si vous voulez obtenir le prix le plus bas, le vendeur veut vendre son bien au meilleur prix. Par conséquent, vous devez trouver l’arrangement le plus satisfaisant pour les deux parties. Pour cela, prenez la température directement auprès du vendeur ou consultez l’agent immobilier. La marge commerciale est en moyenne de 5,5% sur l’ensemble du marché en septembre 2022, d’après le baromètre LPI-SeLoger d’octobre, mais peut être bien supérieure en fonction du prix de vente affiché, de l’état du logement ou du marché immobilier local. Notez également que vous serez limité si la propriété est dans une zone étroite.

Quelles sont les techniques de négociation immobilière ?

La négociation est un art stratégique… Il faut donc préparer ses arguments en amont, pour être prêt à négocier le moment venu !

Une fois ces éléments en tête, vous pouvez entamer les négociations en faisant votre offre d’achat oralement ou par écrit au vendeur qui pourra, le cas échéant, faire une contre-offre.

Quelles phrases pour une négociation immobilière ?

Acheter un bien immobilier est souvent l’achat d’une vie. C’est le moment d’être curieux. N’hésitez pas à poser le plus de questions possible au vendeur ou à l’agent immobilier. Cela vous permettra de faire passer le message au vendeur que vous êtes vraiment intéressé par le bien mais avez besoin de tous les éléments pour vous positionner en termes de prix :

À LIRE  Comparaison des programmes présidentiels 2022 : Énergie

Un bien avec des imperfections peut jouer en votre faveur : s’il a besoin de travaux, vous pourrez plus facilement négocier un prix inférieur. Chaudière à remplacer, isolation qui laisse à désirer, installation électrique ou plomberie défaillante… Pour lister les éléments qui vous permettront d’étayer votre négociation, n’hésitez pas à visiter plusieurs fois le bien avec un artisan ou un contremaître. qui saura faire des estimations… Arguments concrets à présenter au vendeur au moment de la négociation !

Pour négocier le prix d’un bien avec une agence, vous pouvez poser au négociateur en charge du mandat les questions ci-dessus. Si le propriétaire qui vous a chargé de vendre sa propriété est catégorique quant au prix de vente net qu’il souhaite obtenir de la vente, vous pouvez jouer la carte des frais d’agence. Contrairement aux frais de notaire, les frais d’agence, qui s’élèvent en moyenne à 4,87%, selon le fonds de garantie Galian, ne sont pas réglementés par la loi. Si vous passez par une agence pour visiter un bien, vous avez donc le droit de négocier ces frais avant de faire une offre d’achat. Gardez à l’esprit que plus le prix de la propriété est élevé, plus la commission perçue par l’agent est élevée. Par conséquent, vous serez plus susceptible d’accepter une négociation dans ce cas.

Si vous vendez un autre bien en même temps que l’achat, proposez-le en exclusivité à l’agence immobilière. Elle sera alors plus disposée à négocier ses honoraires.

Peut-on négocier le prix immobilier dans le neuf ?

Encore une fois, tout n’est qu’une question de temps ! Lorsque la construction commence et que les appartements se vendent au prix et rapidement, il y a peu de chances que vous puissiez obtenir une remise commerciale. En revanche, deux périodes peuvent se prêter à la négociation :

À LIRE  Pourquoi les centrales nucléaires françaises rouillent-elles ?

Et peut-on négocier un prix immobilier après le compromis ?

L’engagement est un contrat préalable écrit, signé par l’acheteur et le vendeur. Si l’acheteur dispose d’un délai légal de rétractation, le contrat de vente constitue néanmoins un engagement de droit entre le vendeur et l’acheteur. Aux yeux de la loi, cela signifie qu’ils se sont mis d’accord sur « la chose (NDLR : la propriété) et le prix ». La vente est alors dite « parfaite », créant une obligation contractuelle pour les deux parties. Par conséquent, le prix du bien ne peut être légalement renégocié une fois l’engagement signé.