Norme d’homologation casque ECE 22-06

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Des tests plus complets et plus stricts qu’avec 22-05

Le dernier règlement obligatoire depuis 2022

Depuis près de 20 ans, les normes de certification des casques de moto en Europe sont restées les mêmes, basées sur la réglementation ECE R22-05 mise en place depuis 2002 et avec des lacunes importantes. Depuis 2021, une nouvelle révision de la réglementation, ECE R22-06 (Communauté Economique Européenne) apparaît pour améliorer les tests et assurer une sécurité renforcée, la norme 22-06 qui devient obligatoire au 1er juillet 2022. Sur tous les casques et nos propres casques ? Nous vous expliquerons tout.

L’introduction de la sixième version

Le règlement des Nations unies n°22 a été adopté en France en 1995, la quatrième version du texte (22-04) laissant ensuite la place à la cinquième version (22-05) en 2002. Une sixième version 22-06 a été introduite en 2021 , mais ce dernier n’est entré en vigueur que le 1er juillet 2022 pour les nouveaux modèles de casques. Les casques certifiés 22-05 pourront également être produits jusqu’au 30 juin 2023. Au-delà, des casques certifiés ECE R22-05 pourront encore être trouvés à la vente, chaque pays étant libre d’autoriser leur utilisation ou de ne pas les vendre après le 1er janvier 2024.

Ce qui est certain, c’est que les plus grands constructeurs sortent désormais de nouveaux casques déjà homologués 22.6, comme Shoei avec son X-SPR Pro, Arai avec son RX-7V, Nolan avec le N90-3, Roof ou Scorpion avec son Exo- HX1. Ces fabricants sont déjà en cours de certification E22.06 pour l’ensemble de leur gamme.

L’étiquette d’un casque homologué

Tous les casques ont une étiquette d’homologation sur la mentonnière. Le E signifie Europe et le chiffre indique le pays (2 pour la France).

À LIRE  Reprise automatique : Vendez rapidement votre voiture à un professionnel

La série de chiffres correspond à la norme (révision 06) puis au numéro d’homologation. La référence « P » indique le type de casque (P pour intégral ou modulable avec mentonnière, J pour Jet).

Le test de certification

Le règlement ECE 22 définit tous les tests qui doivent être effectués pour permettre la certification du casque. En général, on repart avec le même type de tests que pour la précédente réglementation ECE R22-05, mais avec des procédures plus complètes, plus variées et surtout plus strictes. L’idée est de s’assurer que la certification reflète le niveau de protection en conditions réelles et pas seulement selon six points d’impact très (trop) clairement définis.

Les essais d’impact, destinés à mesurer l’absorption des chocs et la déformation de la coque, reprennent largement ceux de la norme précédente avec les mêmes six points d’impact testés à 7,5 m/s à – 10°, 20° et 50°C. Mais les chocs sont également mesurés à différentes vitesses : 6 m/s et 8,2 m/s. Mieux encore, 12 nouveaux points d’impact ont été ajoutés, avec désormais non seulement des impacts linéaires, mais également des impacts rotatifs.

Ce dernier point est très important, car en cas de chute, la tête du pilote bouge lorsque l’impact est oblique, ce qui entraîne des rotations provoquant des lésions cérébrales, plus ou moins sévères selon les cas. Plus nombreux, les tests sont aussi plus exigeants, car si l’intensité de 275 g et le HIC de 2400 sont conservés pour les 7,5 m/s, d’autres valeurs sont mises en oeuvre pour les autres vitesses.

Le cas des casques modulables évolue encore puisqu’ils sont désormais testés avec la mentonnière fermée et ouverte ainsi que des tests de traction et d’inclinaison de la mentonnière.

Toujours testée au niveau de son champ de vision, transmission lumineuse, diffusion lumineuse, transmission spectrale, réfraction, ses caractéristiques mécaniques, ses qualités optiques, sa résistance aux rayures ainsi que l’angle d’ouverture, la visière est désormais soumise à des tests d’impact et sa capacité anti-buée. Il doit donc résister à une bille métallique envoyée à 60m/s au niveau des yeux.

À LIRE  Quel est le kilométrage idéal pour vendre sa voiture d'occasion ?

Là encore, les tests sont plus exigeants, la transmission lumineuse doit maintenant être supérieure à 20 %. Outre l’homologation de l’écran, la visière solaire et le film antibuée doivent désormais être certifiés en termes de qualité optique. L’écran solaire ne doit pas non plus réduire le champ de vision en dessous de la limite marginale de 105° et ne doit pas empêcher l’ouverture de l’écran principal.

Enfin, les casques doivent également être testés avec leurs accessoires. Par exemple, les casques vendus comme « pré-équipés » pour installer un interphone doivent passer les tests avec et sans le boitier de communication.

Impact sur la sécurité ?

De nombreux consommateurs ont exprimé des craintes quant à l’évolution des prix et à l’augmentation de poids associée à cette nouvelle norme plus contraignante. Pour l’instant, les premiers modèles commercialisés sous la réglementation ECE R22.06 ne montrent aucune différence significative à ces niveaux.

Mais qu’en est-il de l’avantage de la sécurité? L’observatoire français indépendant Certimoov, qui milite pour que les chocs obliques soient pris en compte dans les tests, réalise depuis plusieurs années ses propres tests sur les casques et les note en fonction de leur efficacité. Les premiers modèles 22-06 testés ont obtenu 3/4 de 3 étoiles sur 5, la note la plus élevée pour les casques de moto à ce jour.

Si on ne voit pas vraiment de gains, c’est aussi parce que les constructeurs premium n’étaient pas disposés à respecter la norme ECE R22-05 mais la dépassent souvent. En revanche, les casques bas de gamme de marques exotiques vendus quelques dizaines d’euros risquent d’avoir plus de mal à passer les tests à l’avenir.

Aujourd’hui, la norme ECE R22-06 n’entraîne donc pas forcément une augmentation du niveau maximum de sécurité des casques de moto, mais elle permet d’assurer un niveau minimum supérieur à ce qu’il était et c’est une excellente chose.

Plus d’infos sur les casques motos

Plus d’infos sur l’homologation des casques