Oenotourisme et hôtellerie de luxe : Des projets pharaoniques…

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

David Fink, fondateur et président du groupe californien Mirabel Hotel & Restaurant, un amoureux fou des vins de Bourgogne. Alors quand la maison de Joseph Drouhin lui fait part de l’immeuble à côté de ses bureaux à Beaune, le projet est né : transformer le bâtiment historique du palais en hôtel. « Grâce à ses déplacements réguliers en Bourgogne, David connaît ma famille depuis 30 ans, explique Frédéric Drouhin, président de la maison Beaune. Son projet m’a tout de suite séduit, car nous partageons les mêmes valeurs et la même envie de proposer des expériences hors du commun, que ce soit dans notre pays viticole ou dans l’hôtellerie ». La société DCArchitectura était en charge de ce projet. La façade du bâtiment est restaurée avec de la chaux locale et de la pierre de Bourgogne, tandis que l’architecture art-déco domine l’intérieur. Côté décoration, c’est Janet Elarmo qui a imaginé Maison 1896, nom du projet, comme une maison de famille composée de quatorze chambres et deux suites sur trois niveaux.

» LIRE LA SUITE : Wine tour : redécouvrir la méthode Crémant de Bourgogne

Maison 1896, un nouveau concept hôtelier à Beaune

La gastronomie ne sera pas surpassée par le restaurant et le bar, situés au cœur de l’hôtel : l’atrium vitré dans la cour qui vous permettra de manger dehors toute l’année. Quant à ce plat, c’est le chef Charles Phan qui signera une carte qui fait le pont entre la cuisine vietnamienne et la gastronomie française. Né en Chine, élevé au Vietnam, le chef dirige le Slanted Door à San Francisco. « J’ai toujours aimé les vins de Bourgogne, et quand David Fink m’a parlé de son nouveau projet en France, j’ai su que c’était une nouvelle étape pour se concentrer sur les meilleurs produits locaux, et apporter une expérience unique à cette merveilleuse région. » dit Charles Phan. qui a pour but de promouvoir la cuisine vietnamienne et de proposer des accords mets et vins originaux ou traditionnels. Côté vins, Mark Bright, co-fondateur et directeur des vins de Saison Hospitality à San Francisco, en sera le directeur général. Elle a pour objectif de proposer principalement des vins de Bourgogne, mais aussi des références de la Vallée du Rhône, de la Champagne et une sélection de bouteilles de toute l’Europe. « Apporter de nouvelles idées à Beaune, en collaboration avec des amis chers, c’est l’aboutissement d’une passion de toujours », déclare Mark Bright, qui a découvert la Bourgogne à l’âge de 15 ans, sous la houlette de Véronique Drouhin. Pour trouver la Maison 1896, il faudra cependant patienter jusqu’à cet été.

À LIRE  Albanie : la colère gronde alors que la mort s'accumule cet été sur la plage

Un projet futuriste dans un Médoc en plein renouveau

De l’autre côté de la France, dans le Médoc, c’est aussi l’effervescence. Le serial entrepreneur Gérard Jicquel, fondateur des châteaux de Fourcas Dupré (Listrac-Médoc) et d’Agassac (Haut-Médoc), se lance également dans la création d’hôtels. Il est déjà à la tête du groupe Good Life, qui possède 12 propriétés en France, principalement en Bretagne, qui projette de construire un hôtel de luxe dans le quartier du Château d’Agassac. C’est un projet d’avenir, mais qui doit bien s’inscrire, sans heurter la conception qui remonte au XIIIe siècle de la maison grâce à la toiture végétalisée rappelant le salon du Château Cheval Blanc ou celui du Haut-Bailly. . Au moment où les plans sont faits, il manque encore un permis de construire, qui est toujours en attente. Dans une de ses demeures, à quelques kilomètres de là, le salon et la salle de bain sortent de terre à Fourcas Dupré. Le projet « est à l’image de notre vin : gourmand, moderne et à la pointe de la technologie », explique Lucas Leclercq, directeur du domaine.

Projet pharaonique à Libourne, qui fait rêver en pleine crise

De l’autre côté de la Garonne, à Libourne, le projet de Michel Ohayon est plus pharaonique. L’ancien quartier général militaire de la ville va être transformé en un complexe qui associe des hôtels de luxe, une aire de restauration, une villa de luxe, un musée du vin lié à la Cité du vin de Bordeaux, un parc d’attractions, un musée de voitures anciennes et vertes les espaces. .Un vrai article à la Prévert. Propriétaire du Grand Hôtel de Bordeaux et distributeur du Château Trianon, à Saint-Emilion, Michel Ohayon voit le plus grand, le plus grand et vise entre 6 et 8 millions de visiteurs par an. De quoi donner de la force à Libourne et devenir une place importante à Bordeaux, quitte à concurrencer Bordeaux. Selon Nicolas Chain, le directeur du projet mené par la Financière immobilière bordelaise, il faudra deux ans de travaux pour transformer les bâtiments actuels, en construire de nouveaux et surtout boucler la vente du bien. Car le budget se rapproche de l’objectif du projet : entre 300 et 400 millions d’euros. De quoi susciter l’espoir chez les commerçants libournais qui voient d’un bon œil cet « excellent projet qui fait rêver en temps de crise ».

À LIRE  Navires de croisière : quel impact environnemental ? | cru