On a testé une croisière à bord du World Explorer, le paquebot à taille humaine de Rivages du Monde

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Publié

le 16.06.2022. à 10h59, mis à jour le 16.06.2022. à 14:38

L’avis du Figaro

Ce petit navire transporte jusqu’à 180 passagers pour des croisières intimes et luxueuses en Europe et dans certains des ports les plus reculés du monde. La route des fjords norvégiens et des îles Lofoten démarre le 16 juin.

Les itinéraires

Une note? 8.5/10 – Lancé en 2019 depuis le chantier naval de Viana do Castelo au Portugal et après avoir subi les turbulences causées par le Covid, World Explorer vit cette année sa première saison dans des conditions « normales ». Le navire, à taille humaine d’une longueur de 126 mètres et d’une longueur de 19 mètres pour un maximum de 180 passagers d’un équipage de 125, offre un confort intimiste et luxueux. Nous mettons particulièrement en avant les cabines spacieuses et confortables et la tranquillité des salons élégants (nous avons eu un coup de coeur pour le salon d’observation, à l’avant du navire, avec une vue à 180°). World Explorer s’attache également à limiter son impact sur l’environnement : il n’y a pas de bouteilles plastiques à bord, une attention particulière est portée aux déchets, et l’impact environnemental est compensé à hauteur de 110%, notamment en participant à des projets de construction d’éoliennes en Norvège. Les moteurs hybrides permettent également au navire de manœuvrer dans les ports en utilisant la propulsion électrique. Enfin, on apprécie la convivialité qui va de pair avec la taille réduite du navire. Lors de notre séjour, la plupart du personnel à bord parlait français. Quant au directeur de croisière, il accompagne parfois un trio de musiciens à bord pour partager son talent (caché) de baryton avec les invités lors d’un concert impromptu.

Une note? 8.5/10 – World Explorer fait escale dans les ports les plus éloignés lors des croisières d’expédition, comme le Spitzberg en Norvège le 7 juillet 2022, le Groenland le 15 août 2022 ou la Patagonie le 22 mars 2023. Son système de positionnement dynamique lui permet de rester immobile sans jeter l’ancre et endommager les fonds marins, qui peuvent être stoppés dans certaines zones protégées.

La déco

Le navire embarque également des croisières culturelles vers des destinations moins exotiques comme un tour de l’Ecosse le 9 septembre 2022, un tour des côtes normandes et bretonnes le 13 septembre, ou encore un itinéraire du Pays basque espagnol au Portugal le 22 septembre. Enfin, il existe des croisières thématiques, gastronomiques ou musicales, comme celle de Buenos Aires à Rio de Janeiro entre tango et bossa nova le 3 avril 2023.

À LIRE  Le dernier jour pour l'exposition de photographies et de peintures

Les cabines

Une note? 8/10 – Les intérieurs du World Explorer misent sur une sobriété élégante, avec l’utilisation de marbre blanc, de bois, de moquettes et de tapis aux motifs contemporains. Le raffinement apparaît dans de petits détails, comme les chaises de la salle à manger et leurs dossiers aux motifs marbrés dans les tons gris-bleu ou ocre. Le tout est baigné d’une lumière agréable grâce aux baies vitrées qui entourent tout le navire.

Une note? 9/10 – Point fort du navire, elles se déclinent en neuf catégories, toutes équipées d’une télévision grand écran avec une sélection de films en français, d’une machine à café, d’un minibar, d’une salle de bain et d’une cabine de douche avec siège et nécessaire de toilette signé L’Occitane. La catégorie avec ses 17 m² dispose tout de même d’un petit bureau avec prises, d’une penderie et d’une fine étagère sous la télé, ainsi que d’une petite fenêtre orientable.

Le service et les équipements

Les catégories 2 et 3 sont identiques mais situées sur des ponts différents : pont 5 pour la catégorie 2, pont 6 pour la catégorie 3 (la différence n’est pas significative selon nous). Elles sont beaucoup plus spacieuses avec 25 m² et une large baie vitrée, de quoi accueillir un petit salon avec un canapé, un fauteuil et une table basse. Le même principe s’applique aux catégories 4 et 5, qui représentent près de la moitié des cabines du navire. Elles disposent d’un balcon de 5 m² avec deux fauteuils. Idéal pour admirer l’océan en toute intimité par beau temps ; moins important pour la croisière au Groenland quand la température est de 3°. Les catégories 7, 8 et 9 sont des appartements en duplex de 26 à 34 m² avec une grande terrasse de 10 m².

Une note? 8.5/10 – Le navire dispose d’une vingtaine de zodiacs qui permettent de mieux observer la faune et la flore, et d’avoir la possibilité d’entrer dans certains fjords de Norvège où les bateaux à rames ne sont pas autorisés à naviguer. . Avant chaque sortie, un grand vestiaire avec casiers individuels permet de s’habiller et de se réchauffer (combinaisons ou vêtements chauds à apporter par les passagers). Les moins téméraires apprécieront la banquette chauffée à l’avant du pont 5, pour une vue au premier rang sur le paysage même en zone polaire.

À table et au bar

Côté animations, des concerts sont organisés tous les soirs dans le grand salon, et des documentaires, films, conférences, musique classique ou représentations théâtrales sont organisés dans l’auditorium. Le pont 7 abrite une piscine extérieure chauffée, ainsi que deux bains à remous, une salle de fitness et un spa L’Occitane avec un sauna gratuit. Il y a une piste de course de 135 m sur le pont 8.

À LIRE  Jef part pour un "vrai" tour de France - Cyclotourisme Mag

Une note? 9/10 – On se souviendra longtemps du somptueux dîner de gala en six services qui clôturait la croisière, avec comme par exemple ce pétoncles grillés, mousse de petits pois et carottes, cette queue de homard pochée sauce Cartux au vin rouge et ce gâteau à la banane et au chocolat trilogie. Les dîners de l’autre soir sont moins copieux mais ont les mêmes exigences gastronomiques, avec un menu différent proposé chaque jour.

Le rapport qualité-prix

Le midi, la table du buffet propose une cuisine moins raffinée, mais la qualité reste correcte. Heureusement, le vin est inclus pendant les déjeuners et les dîners. Côté petit-déjeuner, la qualité est au rendez-vous avec ces viennoiseries, brioches et viennoiseries, ce pain aux graines, pain complet, boulettes, baguette ou pain de mie, et ce miel servi tout droit de la ruche. Sans oublier les fruits, le granola, les œufs et la charcuterie. Il est bon de savoir que l’après-midi un goûter est servi avec une sélection de biscuits et de viennoiseries.

Une note? 8/10 – A partir de 3170€ par personne pour 7 nuits à bord dans les fjords norvégiens, une croisière plus courte est prévue pour l’été 2023. Ce prix comprend le transport depuis Paris et la pension complète.

Qui émet le plus de CO2 ?

Réservations : côtesdumonde.fr et par téléphone au 01 83 79 80 79.

Origine des émissions de CO2 issues de la combustion d’énergie en 2018 En 2018, la production d’électricité reste le secteur le plus émetteur de CO2 au monde, avec 41 % des émissions totales issues de la combustion d’énergie. Viennent ensuite les transports (25 %) et l’industrie (18 %, y compris la construction).

Qui pollue le plus au monde ?

Qui émet le plus de CO2 en France ? Quel secteur émet le plus de CO2 en France ? En France, le secteur le plus émetteur est le transport, qui représente 31 % des émissions françaises de gaz à effet de serre.

Ainsi, en 2020, la Chine est en tête de ce classement avec des émissions de CO2 représentant 9 899 millions de tonnes soit plus de 30% des émissions mondiales. Les États-Unis d’Amérique occupent la deuxième place avec 4 457 millions de tonnes de CO2 émis (13,8 % des émissions mondiales totales).

Qui pollue le plus dans le monde par habitant ?

Qui pollue le monde ? Historiquement, sur le total de 2450 milliards de tonnes de carbone émis depuis 1850, l’Amérique du Nord est responsable de 27%, l’Europe de 22%, la Chine de 11%, l’Asie du Sud et l’Asie du Sud-Est de 9%, la Russie et l’Asie centrale de 9%. , l’Asie de l’Est (y compris le Japon) de 6 %, l’Amérique latine de 6 %…