Partir en balade en moto électrique, une idée géniale… ou un calvaire ?

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

ON A TESTÉ – Envie d’un voyage à moto électrique en Algarve, au sud du Portugal ? Mettez votre casque !

Lorsque l’on tourne la clé dans l’interrupteur du deux-roues, il n’y a pas d’injection de carburant, une absence (presque inquiétante) de bruit de démarrage, de rugissement et d’odeur de brûlé. Le vélo nous ferait-il tomber ? Non, car il s’agit d’un modèle électrique, tout droit sorti des ateliers de la marque américaine Zero. Nous allons en tester trois, le temps de ce voyage de presse de trois jours, organisé par l’office du tourisme portugais en Algarve, une région du sud du pays connue pour son décor de carte postale.

Durant ces trois jours, nous parcourrons environ 420 kilomètres par temps instable (la pluie est tombée sur notre casque depuis le premier jour) et au guidon de montures brillantes pour leur puissance, leur confort et, bien sûr, leur silence. Le voyage est décrit par l’organisateur comme « décarboné » : tous les moteurs impliqués dans le voyage (les motos ainsi que les véhicules qui nous suivent à chaque étape) embarquent des groupes de propulsion électriques. Un réel avantage sur le papier pour réduire son empreinte carbone, surtout quand on sait que le Portugal a choisi d’investir massivement dans les énergies renouvelables (éolien, hydroélectricité ou biomasse). Sur le plan pratique, le tout électrique impliquera cependant, comme nous le verrons, certains sacrifices en heures et en kilomètres… En selle !

A lire aussiOù partir au Portugal cet été ? Nos incontournables à l’échelle nationale

Le maître-mot : le confort

Le maître-mot : le confort

Le voyage commence à Tavira, une petite ville côtière située à une quarantaine de kilomètres de Faro, capitale de l’Algarve, et caractérisée par ses plages de sable et ses salines. Après un bref résumé des performances et des caractéristiques de nos cadres du jour, notre attention est attirée sur un modèle assez imposant aux allures de véhicule de police : carénages blancs rehaussés de bleu, barres de protection sur les côtés et mallettes de transport à l’intérieur. arrière… Toute une gamme d’accessoires alourdissant en pratique notre véhicule à moteur à deux roues. Nom de code : Zéro DS. Le constructeur lui donne une autonomie qui varie entre 169 et 262 kilomètres, pour une vitesse maximale de 158 km/h. Des chiffres apparemment excitants, surtout quand on sait que la voiture de course flirte avec les 13 000 euros (sans options).

A lire aussiCyclisme : cinq itinéraires pour parcourir l’Algarve à vélo

Nous mettons le contact, actionnons le démarreur/disjoncteur et actionnons la poignée des gaz. Première impression ? On a l’impression de faire du vélo ! La prise en main de la machine est quasi immédiate, l’accélération est directe et on ressent une grande stabilité une fois dans un bon rythme. L’expérience est d’autant plus remarquable que la journée commence par de fortes pluies savonnant la route et ses virages. Commençant par des arrêts à Loulé et Silves, deux villes au fort héritage nord-africain, le voyage se termine à Portimão, une ville cosmopolite connue pour son circuit automobile.

A la fin de cette première journée, on se sent un peu fatigué, mais cela reste relatif quand on sait que l’on a passé plusieurs heures face au vent et dans des conditions météo difficiles. C’est juste que la moto est confortable : l’absence de moteur thermique et donc de vibrations et de bruit de fond font la différence sur ces 130 premiers kilomètres. Et la consommation d’énergie ? Pas d’alertes spécifiques pour l’instant. Nous n’avons pas prêté beaucoup d’attention à la LED qui indique la puissance restante. Les vélos seront rechargés immédiatement et du jour au lendemain, le modèle testé pour ce premier jour (la Zero DS) nécessitant près de 9 heures pour atteindre 100 % de charge.

A lire aussiQuand partir au Portugal ? Météo, événements… La meilleure période par région

Le point de vigilance : le mode sport

Le point de vigilance : le mode sport

Les deux prochains jours, en revanche, mettront à rude épreuve l’autonomie des montures. Le lendemain, nous avons troqué notre « piste » pour un modèle beaucoup plus léger et, en théorie, plus autonome en électricité : la Zero S. Une fois sur la route, nous nous sommes innocemment embarqués dans le monde du « sport ». Grosse erreur! Ici, tout n’est que bosses et aspérités. A tel point qu’au franchissement du sommet du Mont Foia (qui culmine à 902 mètres), le tableau de bord indique une autonomie restante de… 53% ! Heureusement, il y a un arrêt prévu au milieu de la ville fortifiée de Lagos pour se ressourcer à l’heure du déjeuner. Sans cela, impossible de terminer cette deuxième journée sur deux roues.

A lire aussi Jacques-Olivier Martin : « La conduite électrique, la bonne blague… »

Même configuration le lendemain : avec 142 kilomètres au compteur, la journée s’annonce plutôt calme. C’est juste qu’on progresse surtout sur routes ouvertes et sur autoroute, où la vitesse est beaucoup plus élevée qu’en montagne. Bilan au compteur, toujours à mi-chemin : 48 % d’autonomie dans le modèle Zero SR/F, le plus puissant à notre disposition avec une vitesse maximale de 200 km/h. Nous sommes obligés d’utiliser l’accélérateur avec parcimonie pour le reste de la journée qui sera finalement écourtée de quelques dizaines de kilomètres, estimant notre guide que nos motos ne pourront pas rejoindre l’arrivée à Sagres.

A midi cependant, un arrêt a été effectué pour recharger (partiellement) les batteries, mais cela n’a pas suffi : en plus de notre montage du jour, les motos ne sont pas équipées d’une prise spéciale qui permet une vitesse de charge rapide, ce qui réduit l’attente de 9 à seulement 2 heures.

Le bilan : performant, mais sur de courtes distances

A l’arrivée à la forteresse de Sagres, le bilan est tout de même satisfaisant : malgré les conditions climatiques humides des deux premiers jours, le voyage n’a pas consommé beaucoup d’énergie. Cela est principalement lié au confort des vélos, mais aussi à l’organisation mise en place. Nous n’avons pas trop eu à nous soucier des arrêts de recharge, car tout a été fait pour nous faciliter la vie, ou presque : le dernier jour, faute de bornes disponibles près de la ville d’Odeceixe, notre groupe a été contraint d’appeler les vélos… dans la cuisine d’un local !

A lire aussiLe Portugal des maisons de famille : nos manoirs préférés du Minho à l’Alentejo

Lors de la planification de votre futur voyage en moto électrique, vous devez donc préparer au mieux vos itinéraires : nous vous conseillons de ne pas dépasser les 100 kilomètres par jour. Vous pourrez vous faire plaisir sans trop vous soucier de votre consommation d’énergie (et activer le mode sport en toute tranquillité). Si vous souhaitez planifier votre road trip au Portugal, sachez que des motos électriques avec le logo Zero seront disponibles à la location chez Hertz dès la fin de l’année. En attendant, à vous de vous faire plaisir avec une moto essence, mais la facture de carburant peut être élevée…

Carnet pratique

En avion, arrivée à l’aéroport de Faro via Transavia. transavia.com

A Tavira, Vila Gale Albacora est un hôtel 4 étoiles situé à une quinzaine de minutes en voiture de l’aéroport de Faro. La base idéale pour visiter l’est de l’Algarve avant de découvrir sa côte ouest. A partir de 135 euros la nuit.

Tel. : (+351) 281 329 900 ; vilagale. avec

Tivoli Marina Portimão. Reconnaissable de loin par sa couleur jaune, ce complexe hôtelier avec piscine offre un accès direct à la mer et à Praia da Rocha. Il dispose également d’un beau restaurant surplombant la rivière Arade. A partir de 135 euros la nuit.

Tél : (+351) 282 460 200 ; tivolihotels. avec

Electromaps, cette application, très populaire au Portugal, permet de localiser toutes les bornes de recharge électrique dans un rayon défini. Idéal pour planifier un voyage sans se soucier de tomber en panne de carburant.

Tourisme portugais. Tel. : 08 11 65 38 38 ou sur le site Visit Portugal.

Quel est le plus beau pays à visiter ?

Quel est le plus beau pays à visiter ?

La France se hisse au sommet des pays les plus touristiques. Les voyageurs pourront découvrir 38 sites classés au patrimoine mondial de l’UNESCO, dont le célèbre Mont Saint-Michel. Les paysages sont variés et alternent délicieusement entre plages, campagne et montagne.

Quels sont les plus beaux pays à visiter ? Les plus beaux pays du monde à visiter en 2022

  • Namibie. La Skeleton Coast en Namibie. …
  • Nouvelle-Zélande. Fjord de Milford Sound en Nouvelle-Zélande. …
  • Sera. La Mosquée Rose à Shiraz, Iran. …
  • Vanuatu. Le Trou Bleu au Vanuatu. …
  • Japon. Le temple Byodo-in à Uji (Kyoto) au Japon. …
  • Népal. …
  • Islande. …
  • Colombie.

Quel est le plus beau pays du monde 2020 ?

Considérée par beaucoup comme le plus beau pays du monde, la Nouvelle-Zélande est un archipel situé en Océanie. Le pays se compose de deux grandes îles et d’une multitude d’îlots. La Nouvelle-Zélande a des volcans et des glaciers sur son territoire.

Quelle moto à 50 ans ?

Beaucoup de 40/50 ans qui cherchent à débuter la moto choisissent un gros moteur, mais ce n’est pas forcément le bon choix. Vous pouvez toujours reprendre avec une cylindrée moyenne comme une 600 CBF, une 650 bandit ou même une MT-09 et au bout d’un moment repartir sur la moto de vos rêves.

Quelle moto pour les seniors ? Pour un cycliste senior, à la recherche d’un vélo confortable pour les balades du week-end ou pour partir en vacances, seul ou en couple, vous pouvez opter pour un roadster. Ces motos conçues pour la route assurent une assise confortable pour les longs trajets et une conduite agréable.

Quelle moto pour les plus de 60 ans ?

Vous pouvez toujours vous en tenir à une cylindrée moyenne comme une 600 CBF, une 650 bandit ou même une MT-09 et repartir dans peu de temps avec la moto de vos rêves.

Quelle moto pour rouler tous les jours ?

Trails Petit à petit ils prennent la place des motos GT. Polyvalents et performants, ils s’adaptent facilement à toutes les situations. Si vous avez l’habitude, lors de vos déplacements, de passer du bitume à un chemin de terre par exemple, c’est la machine idéale. C’est une moto conçue pour un usage quotidien.

Quel marque de moto est la plus fiable ?

Le grand gagnant à remporter la couronne de la marque de motos la plus fiable est Honda ! Aujourd’hui, la marque de motos Honda est l’une des marques les plus populaires au Japon, grâce aux fondateurs Takeo Fujisawa et Soichiro Honda, avec son premier modèle en 1949.

Quand je peux sortir ma moto ?

Envie de récupérer votre vélo avant le 15 mars ? C’est illégal. Sauf si vous faites une demande d’exemption auprès de la Société de l’assurance automobile du Québec. Il est interdit de rouler à moto jusqu’au 15 mars, car les motos ne sont pas équipées de pneus neige.

Quelle est la date de sortie des vélos ? La nouvelle réglementation sur les pneus d’hiver exclut complètement les motos de nos routes entre le 15 décembre et le 15 mars.

Est-ce que la moto ça s’oublie ?

La plupart des motocyclistes arrêtent de rouler un jour. Pour une semaine de gel, les mois d’hiver, ou quelques années voire décennies… Beaucoup reviennent tôt ou tard en selle. Mais la moto n’est pas comme le vélo, tu oublies !

Quelle moto à 60 ans ?

Vous pouvez toujours vous en tenir à une cylindrée moyenne comme une 600 CBF, une 650 bandit ou même une MT-09 et repartir au bout d’un moment avec la moto de vos rêves.

Où ranger sa carte verte ?

En fait, le principe est simple : vous devez réserver une poche par document. Ainsi, si vous devez ranger plusieurs documents, vous devriez opter pour un étui qui possède plusieurs poches, et cela à la fois les poches transparentes et les compartiments classiques.

Où dois-je conserver mon certificat d’immatriculation ? Rassemblez vos documents importants dans une pochette prévue à cet effet : carte grise, documents d’assurance, certificat de conformité, certificat d’immatriculation et de contrôle technique.

Où mettre les papiers de voiture dans la voiture ?

Cette attestation doit être apposée bien en vue sur le pare-brise du véhicule. Le certificat d’assurance doit également être présent sur le véhicule pour être présenté à la police en cas de contrôle.

Où cacher sa carte grise ?

En cas de vente d’un véhicule de société, la personne morale appose son cachet sur la carte grise et sur le certificat de cession remis à l’acquéreur. Si la société demande l’immatriculation en son nom, elle doit apposer son cachet sur le formulaire administratif et sur tout mandat donné à un tiers autorisé.