Pénurie de carburant : quels métiers privilégier à la pompe ?

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Désormais, chaque département a fait sa liste. Mais les taxis, les opérateurs de bus, les aides-soignants libéraux demandent aussi un accès prioritaire à la pompe pour continuer à faire leur travail.

Alors que les files d’attente s’allongent pour accéder aux pompes dans les stations-service souffrant de pénurie, certains métiers nécessitent un accès prioritaire, leur véhicule est une condition sine qua non pour la poursuite de leur travail. C’est notamment le cas des ambulanciers, des gendarmes ou des policiers, bien que certaines pompes leur soient déjà dédiées. Mais d’autres professions revendiquent le même privilège : les chauffeurs de taxi par exemple, mais aussi les soignants libéraux qui prodiguent des soins à domicile à leurs patients.

Le syndicat Convergence Infirmière a donc demandé lundi la mise en place d’un « accès prioritaire à toutes les stations-service sous tension pour les infirmiers libéraux et plus largement les professions de santé », sur présentation de la carte professionnelle. De même, l’Union des médecins libéraux a demandé « au gouvernement de mobiliser le stock stratégique de carburants, pour les réserver en priorité à tous les professionnels de santé qui doivent se rendre sur les lieux de soins » pour ne pas « mettre en danger ». la continuité des soins et la santé des patients les plus fragiles ».

Lire aussi Le manque d’essence : « La voiture reste vitale partout, hors du cœur de la métropole »

En Alsace, l’URPS (Union régionale des professionnels de santé) a lancé un questionnaire auprès de 8 000 infirmiers pour mieux évaluer la situation. Dans la Somme, dans l’Essonne et en Seine-et-Marne, les bus scolaires n’ont pas pu circuler normalement tandis que dans les Bouches-du-Rhône, le syndicat Sud Santé 13 a également demandé aux soignants de privilégier l’essentiel.

À LIRE  Fraude à l'assurance maladie dans deux centres de santé : "Nous n'avons que la pointe de l'iceberg"

La société FlixBus a de son côté publié lundi un communiqué demandant aux autorités d’inclure ses opérateurs de bus partenaires dans la liste des véhicules prioritaires.

À VOIR AUSSI – Carburant : « La réquisition, c’est compliqué », explique un ancien président de l’Ufip

À chaque département sa liste

À l’heure actuelle, chaque département a sa propre liste de métiers considérés comme prioritaires. Dans l’Aisne, une file d’attente prioritaire a été mise en place dans certaines stations-service, de 7h30 à 18h. Trois catégories de professions sont concernées : « les personnes dépositaires de l’autorité publique (police et gendarmerie, administration pénitentiaire, justice, etc.) ; services d’urgence et de secours (SDIS, SAMU, SMUR, etc.), personnels médicaux et paramédicaux (médecins, pharmaciens, infirmiers, aides-soignants, etc.) ».

Dans l’Oise, ces dossiers prioritaires sont réservés uniquement aux professionnels de santé, sur présentation du test. Dans la Somme, la priorité est donnée aux « services de sécurité et de secours ».

Dans le Pas-de-Calais, la liste des métiers considérés comme prioritaires est beaucoup plus large. Outre la sécurité, les services d’urgence et le personnel médical, il existe également des « VSL et taxis conventionnés », des « funérailles et soins aux morts », ou encore des véhicules d’urgence de type « ENEDIS, GRDF, DIR, sociétés d’autoroutes, assistance routière. « .

Lire aussi Pénurie d’essence : trouvez une station-service approvisionnée près de chez vous

De même, le département du Nord a élargi la liste des publics prioritaires « pour prendre en compte les professions de santé dont la continuité de service est nécessaire ». Ainsi, les ambulanciers paramédicaux, le prélèvement de sang et le transport d’organes, ou encore les services de maintien à domicile sont concernés (voir la liste complète ici).

À LIRE  Grande Tournée Hérault Vacances : une nouvelle étape à Montarnaud

De même, dans le Val-d’Oise et la Seine-Saint-Denis, plusieurs stations-service ont été mises en place pour faciliter l’accès aux véhicules prioritaires (pompiers, ambulance, police, douanes, etc.).

Au contraire, l’Essonne, qui avait mis un système d’attente dédié à la file prioritaire dans une quarantaine de gares du département, a décidé d’y mettre fin. « Face à l’afflux de clients, ce dispositif s’avère complexe à mettre en place, surtout depuis dimanche », a indiqué la préfecture à BFM Paris Île-de-France.

Lire aussi Manque de carburant : il n’y a toujours pas de négociation chez TotalEnergies

Dans six stations du Vaucluse, les professionnels prioritaires ont des files dédiées tous les matins, de 9h30 à 13h30. La liste assez exhaustive concerne la police (nationale et municipale), la gendarmerie nationale, la douane, le SDIS, le Samu-Smur, l’ambulance privée, les médecins libéraux et hospitaliers, les infirmières, les sages-femmes, les kinésithérapeutes, mais aussi les transports scolaires et les éboueurs.

La préfecture de l’Hérault a annoncé la création d’une file d’attente réservée aux services prioritaires dans sept gares du département, du mardi 11 octobre 2022 au vendredi 14 octobre 2022 inclus. Il s’agit de la police, de la gendarmerie, des pompiers et des véhicules médicaux d’urgence (SAMU, SMUR, ambulances privées et véhicules médicaux légers). Le préfet a ajouté mardi matin les professions d’infirmiers et de médecins.

En Haute-Garonne, un arrêté préfectoral devrait entrer en vigueur ce mercredi 12 octobre, selon le site Actu.fr, pour donner un accès prioritaire notamment aux médecins, infirmiers et gendarmes.

À VOIR AUSSI – Raffineries : Sandrine Rousseau « espère » que le mouvement social « déclenchera une grève générale »