Perte de permis, amendes…Patricia est à bout de nerfs depuis le vol de sa carte grise

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Patricia Dheilly, une habitante de la Sarthe, vit l’enfer depuis un an et demi et appelle à l’aide. La cause de tous ses ennuis ? Carte grise.

Patricia Dheilly, habitante du petit village de Saint-Ouen-en-Belin en Belinois (Sarthe), vit depuis de longs mois un véritable cauchemar. La cause de tous ses ennuis ? Une carte grise avec laquelle de nombreux délits sont commis, en toute impunité pour l’instant.

Sommaire

Une cinquantaine d’amendes

Les larmes ne sont jamais loin, rembobine l’intrigue de cette sinistre histoire. « Le 5 octobre 2020, j’ai vendu ma Peugeot 307 à un particulier. Ce monsieur a gardé la voiture pendant huit mois avant de la revendre à son tour à un ferrailleur de la région parisienne. Le massacre a commencé ici. J’ai reçu mon premier signalement début mai 2021. Parfois, j’en reçois cinq par jour. »

Grand excès de vitesse, parking dangereux, l’homme fait malheureusement preuve d’une certaine polyvalence en matière de délits. Une mère de deux enfants, âgée de 18 et 5 ans, s’interroge :

Si je renverse ou tue quelqu’un avec une carte grise à mon nom, que se passe-t-il ?

« Au total, 25 contraventions pour excès de vitesse et 27 contraventions de stationnement ont été prononcées sur l’ensemble de la région parisienne. La dernière contravention date de fin décembre 2021, alors que le véhicule devait être immobilisé à partir de fin septembre 2021. » – conclut la mère de famille.

Des démarches non effectuées par l’acheteur

Cependant, Patricia Dheilly a suivi les étapes dans le cadre de la vente de sa voiture dès le jour de la vente. « J’ai effectué le premier changement de carte grise le 5 octobre 2020. J’ai donné le numéro attribué par l’ANTS (National Secured Title Agency) à l’acheteur, qui n’a pas fait les démarches nécessaires auprès de lui. »

Il poursuit : « Après avoir recontacté l’ANTS, qui m’a recommandé une nouvelle demande de changement de propriétaire, j’ai resoumis la demande de changement d’immatriculation avec toutes les pièces justificatives. Puis, le 14 mars 2022, le propriétaire a finalement changé. »

L’ANTS m’a assuré que je ne déduirais aucun point de mon permis de conduire ou de mon attachement. Néanmoins, ils ont retiré tous les points de mon permis de conduire que j’ai perdu le 29 juin 2022. Dans le même temps, ils ont prélevé 300 euros sur nos comptes et je reçois des notifications de tiers sur mes comptes et mon salaire !

Dépôt de plainte

Il nous invite ensuite à prendre connaissance des avis d’augmentation d’amende forfaitaire qu’il reçoit à son domicile. Par exemple, en moins d’un mois, du 21 août au 18 septembre 2021, l’un d’eux en échange six, pour un total de 1 470 € (quatre 180 € et deux 375 €).

À LIRE  Pétition pour la fin du malus pour excès de vitesse inférieur à 5 km/h

La Sarthoise nous montre alors d’autres documents prouvant les nombreuses démarches qu’elle a dû entreprendre pour tenter de débloquer cette situation intenable.

Le 23 juin 2021, Patricia Dheilly a porté plainte auprès de la gendarmerie d’Ecommoy (Sarthe) pour « avoir laissé en circulation un véhicule vendu et déjà immatriculé sans certificat d’immatriculation délivré au nom du nouveau propriétaire », pour la période du 5 octobre, 2020 à la date du dépôt de la plainte, soit jusqu’au 23 juin 2021. Une nouvelle plainte, pour exactement les mêmes motifs, a été déposée le 26 février 2022.

Pour Patricia Dheilly, la charge mentale est énorme :

Cette histoire me bouffe 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Perte de son permis

L’un des nombreux épisodes qu’elle a dû traverser ces derniers mois a consisté à perdre son permis de conduire pour de multiples infractions à la fin du dernier mois de juin. Il est hors de question qu’elle ait enfreint la loi et pris le moindre risque. N’en voulant pas une seconde, Patricia Dheilly est soudainement incapable d’aller travailler, subit un accident vasculaire cérébral et est placée en arrêt maladie.

L’une des rares, sinon la seule, bonne nouvelle dans cette affaire était le 16 août 2022, une lettre du chef du service des recours de l’Office national des plaintes a été retournée avec 12 points. En conséquence, elle est retournée au travail le 26 août. Avec le « soutien de mes collègues, que je remercie ».

Ses comptes saisis

Encore un épisode très difficile à télécharger, frais de saisie, « sur compte courant et compte joint ». La descente aux enfers est très particulière.

Mentalement c’est très difficile, et financièrement on ne peut pas sortir la tête de l’eau. Mon fils a eu 18 ans le 16 septembre. Nous n’en avons eu qu’une seule fois, à 18 ans. Et je ne pouvais pas lui faire de cadeau, pas même un gâteau. A cause de cet homme qui ruine ma vie.

« Je peux dire que je me sens très mal. Vient maintenant Noël. Je ne sais pas comment je vais faire », poursuit-il. Le résident belinois nous montre rapidement autre chose : un colis de la banque alimentaire. Le premier qu’elle ferait bien : « J’y suis allé hier. J’essaie de garder la tête haute, mais c’est de plus en plus difficile. Je ne peux pas payer la taxe foncière. Nous voulions faire quelques travaux à la maison, cela est reporté sine die. »

À LIRE  Il y a de moins en moins de voitures d'occasion à vendre

Soutien de l’Assurance maladie

Patricia Dheilly a le soutien du chef du service de l’assurance sociale maladie qui, le 11 août 2022, a notifié au juge arbitre à la Maison de justice et de droit d’Allonnes (Sarthe) que « la dame a été victime d’une escroquerie et a a déposé une plainte qui n’a pour l’instant pas abouti. Madame reçoit des notifications de tiers détenteurs qui ne la concernent pas mais font l’objet de prélèvements sur son compte bancaire, ce qui la place dans une situation financière plus que précaire. En effet, Madame a deux enfants à charge et ces difficultés ne lui permettent plus de subvenir à ses besoins, de couvrir ses dépenses et a un découvert dépassant le plafond.

La professionnelle poursuit sa lettre en précisant que son service a été sollicité pour venir en aide à cet assuré, mais tant que l’avis de tiers n’est pas soulevé, les services sociaux ne peuvent intervenir comme il est permis. « Est-il possible de résumer les différentes administrations concernées par l’ATD pour permettre de réguler la situation ? elle demande.

Des lettres envoyées à tous les instances

La militante Patricia Dheilly a également écrit une lettre au préfet, député et sénateur de son territoire. « Merci à ceux qui ont répondu, se sont manifestés ou ont aidé à soulever le problème », a-t-elle déclaré.

Partout au pays, beaucoup de gens sont dans ma situation. Si ça peut aider d’autres aussi…

Interrogée, la préfecture de la Sarthe n’a pas encore répondu au Petit Courrier. Cependant, Patricia Dheilly nous a informés le 9 novembre 2022 que les dossiers avaient été saisis par le Trésor Public et que des travaux avaient été lancés « pour suspendre la collecte des titres exécutoires ».

Beaucoup attendent des pouvoirs publics, de la police et même de la justice qu’ils retrouvent tous leurs droits, annulent ces peines et reprennent une vie normale. La Sarthoise explique enfin avoir contacté Julien Courbet, la chaîne TF1 et l’émission Touche pas à mon Poste. « Il faut que ça avance. Je suis épuisé. Nous serions moins.

Cet article vous a-t-il été utile ? N’oubliez pas que vous pouvez suivre Le Courrier – L’Écho dans Mes Actualités. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.