Plaque tarifaire de l’électricité : hausse des factures, habitants…

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

l’essentiel

Le bouclier tarifaire pour les personnes se chauffant à l’électricité va augmenter ce 1er février : La Dépêche vous présente ce qu’il faut savoir.

Le bouclier tarifaire, qui limite la hausse des contrats d’électricité et de gaz, va subir une nouvelle modification à partir du 1er février. Les tarifs de l’électricité ne pouvaient jusqu’à présent pas augmenter de plus de 4 % pour l’ensemble des contrats liés aux prix de référence de l’électricité fixés par les pouvoirs publics. Une mesure qui a empêché les factures de nombreux particuliers d’exploser depuis le début de la guerre en Ukraine et la flambée des prix de l’électricité ou du gaz.

Lire aussi :

Étiquettes énergétiques sur les appareils : la plupart des Français ont du mal à les déchiffrer

Les augmentations de prix de l’électricité affectées par le bouclier tarifaire seront désormais plafonnées à 15 %, vous devriez donc voir une augmentation de prix sur votre facture de février. Cette augmentation a déjà été effectuée pour les prix du gaz au 1er janvier 2023.

Que faire si vous n’êtes pas protégés ?

Même les très petites entreprises (TPE) sont concernées par ce dispositif si la puissance de leur compteur électrique est inférieure à 36 kVA. Selon le gouvernement, « ce plafond évite une augmentation de 120% des factures énergétiques des entreprises ». Cette augmentation concerne donc au total 20,54 millions de familles et 1,45 million de petits professionnels.

Cette hausse touche aussi indirectement 100 000 logements concernés par le « bouclier collectif », le bouclier tarifaire qui concerne les copropriétés et les logements disposant d’un système de chauffage collectif. Le nouveau tarif sert en effet au calcul du montant couvert par le bouclier collectif.

À LIRE  Les prix des logements s'envolent sur l'application Airbnb en France

Pourtant, de nombreux Français ne sont pas concernés par ce bouclier : en mars 2022, 64 % des ménages étaient soumis au tarif réglementé de l’électricité et seulement 26 % des ménages au tarif réglementé du gaz selon Le Figaro. De nombreuses familles sont donc en dehors de cette offre.