Quel est le risque d’un client qui décide de ne plus payer ses factures d’énergie ?

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Face à la flambée des prix de l’énergie, de plus en plus de personnes sont dans l’incapacité de payer leurs factures de gaz et d’électricité en fin de mois. Quelles sont les conséquences et comment obtenir de l’aide ?

Le fournisseur de gaz et d’électricité Engie a déclaré que 10% de ses clients rencontraient des difficultés de paiement (chiffres de septembre), et le nombre de plans de paiement fournis a plus que doublé par rapport à l’année dernière. De nombreux citoyens rencontrent de grandes difficultés pour faire face à leurs factures d’énergie, qui atteignent parfois des sommets, dépassant parfois les 1 000 euros par mois, qui ne peuvent être payés pour eux.

Avec la crise énergétique et la hausse des prix de l’énergie, des mesures sont prises à différents niveaux de gouvernement local. Il y a obligation de faire appel à la justice de paix avant de suspendre l’approvisionnement en énergie.

Que risquent les clients qui ne paient pas leur facture ?

Les clients qui ne paient pas leurs factures sont soumis à un processus de facturation. Après plusieurs rappels de paiement, le client recevra une notification officielle. S’il ne réagit pas, il sera soumis à des procédures différentes d’une zone à l’autre.

« A Bruxelles, le gestionnaire du réseau de distribution de gaz naturel et d’électricité du Territoire de Bruxelles-Capitale de Sibelga contacte le client et l’informe qu’il dispose d’un délai de deux mois pour régler ses dettes, s’il ne paie pas à l’expiration de ce délai, il est renvoyé devant le juge de paix qui fera appliquer les échéanciers de paiement, ou résiliera les contrats avec les fournisseurs commerciaux (en période d’hiver, les clients basculent vers Sibelga, hors période d’hiver, les clients sont déconnectés s’ils n’ont pas réglé leurs dettes ou signé avec à moins que, contrairement à l’ordre du client, le CPAS ne soit notifié après mise en demeure et à nouveau avant de comparaître devant le juge de paix », a expliqué à nos confrères du Vif Olivier Desclée, porte-parole chez Engie.

« Les clients protégés à Bruxelles, dont les procédures de recouvrement sont gérées par Sibelga, ne sont pas soumis à des frais de recouvrement. Le statut de client protégé peut être demandé sous certaines conditions après notification officielle. Dans ce cas, le processus de recouvrement est géré par Sibelga qui le fournit également. « , il ajouta.

Compteur à budget en Wallonie

En Wallonie, les gestionnaires de réseaux de distribution (GRD) vont installer des compteurs à budget au domicile des personnes défaillantes. « Attention, si vous refusez de placer un tel compteur, votre fournisseur d’énergie peut alors demander à votre GRD de couper votre alimentation en électricité ou en gaz, été comme hiver, que vous soyez client protégé ou non », met en garde Energy Comparator sur le site. . Les clients protégés basculeront vers DSO. Il y a aussi communication au CPAS. En Flandre, les clients passent à DSO dans les 60 jours. Cela placera le compteur de budget.

Plans de paiement gratuit

Le porte-parole Olivier Desclée conseille vivement aux clients en difficulté financière de contacter Engie pour trouver une solution. « La plupart des fournisseurs proposent encore des plans de paiement gratuits. Pour ceux qui ont de plus gros problèmes, il y a une référence au CPAS. L’avantage est que des plans de paiement réalistes sont créés, qui offrent également une sécurité pour les fournisseurs », a déclaré Marc Van den Bosch, directeur général du Fédération des Entreprises d’Electricité et d’Energie Gaz Belge (Febeg) sur VRT.

Agir contre un acompte faramineux

Certains consommateurs ont eu la mauvaise surprise de voir leur facture d’énergie s’envoler, dépassant parfois les 1 000 euros par mois. Cela a à voir avec la façon dont les fournisseurs calculent leurs tarifs dans un marché très volatil.

Selon Benoit Gerkens, conseiller économique de la Creg (Commission de régulation de l’électricité et du gaz) interrogé par Le Vif, l’épidémie est liée à la période pendant laquelle les fournisseurs d’énergie se basent pour fixer leurs tarifs.

Cependant, il est possible d’agir. Pour Benoit Gerkens, « il est important de vérifier quels prix et quelles mensualités de base de consommation ont été fixées, puis de demander à votre fournisseur de modifier si cela ne correspond pas à la consommation attendue ou au niveau de prix attendu sur le marché.

À LIRE  Budget : la majorité au Sénat veut adopter un nouveau "bouclier énergétique ciblé" pour les entreprises et les collectivités

Il a ajouté que « la Creg analyse actuellement différentes solutions pour la mise en place d’une tranche plus transparente ». Le consommateur peut toujours s’opposer à une augmentation de sa facture d’acompte, à condition de s’y opposer dans les quinze jours suivant la notification.

Don’t Pay Belgium

En Belgique, un mouvement inspiré de l’initiative britannique Don’t Pay (« Nous ne paierons pas ») qui compte plus de 200 000 participants a été lancé en Flandre : « Wij betalen niet ». En Wallonie, il s’appelle Belgian Don’t Pay.

« La question n’est pas de savoir si nous voulons payer. Nous ne pouvons pas. Alors nous ne le ferons pas. C’est aussi simple que cela. refuser de rester froid et de se faire couper l’électricité et le gaz.Nous nous sommes organisés pour éviter les pannes d’électricité et nous agissons contre les compagnies de gaz et d’électricité.’électricité’, explique Peter Terryn, coordinateur du mouvement sur le site dédié.

Interrogé par la VRT, il a tout de même conseillé aux personnes qui avaient les moyens de payer de payer. « Nous n’exhortons pas les gens qui peuvent se permettre de ne pas payer. Même s’ils ont du mal, nous pensons qu’il est plus sage de payer. Notre mouvement s’adresse spécifiquement aux personnes qui ne peuvent pas payer et qui ne veulent pas. »

Ne pas payer sa facture, la mauvaise idée

L’idée de ne plus payer vos factures, car le montant est si énorme et incroyable est, en fait, une très mauvaise idée. Les consommateurs qui cessent de payer leurs factures courent le risque d’avoir des ennuis. Des frais de justice seront ajoutés à leur facture impayée. L’huissier doit intervenir, ce qui entraînera des frais de procédure à la charge de la partie perdante, au moins 500 euros. Et, les chances de gagner des poursuites judiciaires sont quasiment nulles, détaille le site belge RTL.

Médecins et avocats poussant la porte du CPAS

La crise de l’énergie pousse de nombreux ménages de la classe moyenne au CPAS, rapporte Last Hour. Parmi ces personnes, on trouve des médecins ou des avocats, toutes professions traditionnellement étrangères aux services sociaux.

« Évidemment, la demande explose et nous sommes confrontés à un afflux massif de demandes du profil régulier, c’est-à-dire des personnes qui ont des emplois, des propriétaires, ont des voitures, des comptes d’épargne et semblent être riches par rapport aux autres utilisateurs, mais ne paient pas leur énergie. factures ou factures de régularisation », explique Alain Vaessen, directeur général de la fédération des CPAS, au journal francophone.

Jean-Paul Bonjean, président du CPAS Liège, n’a pas été surpris de trouver un médecin ou un avocat parmi les nouveaux candidats. Il soutient qu’être médecin à domicile ne paie pas autant que travailler en cabinet privé. Idem pour les avocats pro deo qui ne gagnent pas beaucoup d’argent.

Face à cette situation difficile, le CPAS assure que toutes les demandes seront satisfaites. Une analyse au cas par cas déterminera le montant de l’aide apportée.

Le fournisseur de gaz et d’électricité Engie a déclaré que 10% de ses clients rencontraient des difficultés de paiement (chiffres de septembre), et le nombre de plans de paiement fournis a plus que doublé par rapport à l’année dernière. De nombreux citoyens rencontrent de grandes difficultés pour faire face à leurs factures d’énergie, qui atteignent parfois des sommets, dépassant parfois les 1 000 euros par mois, qui ne peuvent être payés pour eux. Avec la crise énergétique et la hausse des prix de l’énergie, des mesures sont prises à différents niveaux de gouvernement local. Il existe une obligation de saisir le tribunal de conciliation avant l’arrêt de la fourniture d’énergie. Les clients qui ne paient pas leurs factures font l’objet de procédures de recouvrement. Après plusieurs rappels de paiement, le client recevra une notification officielle. S’il ne réagit pas, il sera soumis à des procédures différentes d’une zone à l’autre. « A Bruxelles, le gestionnaire du réseau de distribution de gaz naturel et d’électricité du Territoire de Bruxelles-Capitale de Sibelga prend contact avec le client et l’informe qu’il dispose d’un délai de deux mois pour régler ses dettes, s’il ne paie pas à l’expiration de ce délai, il est renvoyé devant le juge de paix qui fera appliquer les échéanciers de paiement, ou résiliera les contrats avec les fournisseurs commerciaux (en période d’hiver, les clients basculent vers Sibelga, hors période d’hiver, les clients sont déconnectés s’ils n’ont pas réglé leurs dettes ou signé avec à moins que, contrairement à l’ordre du client, le CPAS ne soit notifié après mise en demeure et à nouveau avant de comparaître devant le juge de paix », a expliqué à nos confrères du Vif Olivier Desclée, porte-parole chez Engie. « Les clients protégés à Bruxelles, dont les procédures de recouvrement sont gérées par Sibelga, n’encourent pas de frais de recouvrement. Le statut de client protégé peut être demandé sous certaines conditions après notification officielle. Dans ce cas, le processus de recouvrement est géré par Sibelga, qui fournit également dans tous les cas », ajoute-t-il. Vous refusez la pose du compteur, votre fournisseur d’énergie peut alors demander à votre GRD de couper votre alimentation en électricité ou en gaz, été comme hiver, que vous soyez client protégé ou non », prévient Comparateur Energie sur son site Internet. Les clients protégés passeront à DSO. Il y a aussi communication au CPAS. En Flandre, les clients passent à DSO dans les 60 jours. Ce dernier mettrait la jauge budgétaire d’Olivier Desclée en recommandant vivement aux clients en difficulté financière de contacter Engie pour trouver une solution : « La plupart des fournisseurs proposent encore des plans de paiement gratuits. Pour ceux dont les problèmes sont plus graves, il existe une référence au CPAS. L’avantage est que des plans de paiement réalistes sont établis, ce qui offre également une certitude aux fournisseurs », a déclaré Marc Van den Bosch, directeur général de la Fédération belge des entreprises de l’électricité et du gaz (Febeg) à la VRT.Certains consommateurs ont eu la mauvaise surprise de voyant leurs factures d’énergie s’envoler, dépassant parfois les 1 000 euros par mois. Cela tient à la façon dont les fournisseurs calculent leurs prix dans un marché très volatil. Selon Benoit Gerkens, conseiller économique à la Creg (Commission de régulation de l’électricité et du gaz) interrogé par Le Vif, l’épidémie est liée à une période où les fournisseurs d’énergie se basent sur la fixation de leurs tarifs. Mais il est possible d’agir. Pour Benoit Gerkens, « il est important de vérifier par prix et par consommation mensuelle. des versements ont été fixés, puis de demander à leurs fournisseurs de les modifier s’ils ne correspondent pas à la consommation attendue ou au niveau de prix attendu sur le marché ». Il a ajouté que « la Creg analyse actuellement différentes solutions pour une fixation plus transparente des versements ». Le consommateur peut toujours refuser l’augmentation de son acompte, à condition qu’il s’y oppose dans les quinze jours suivant la notification. inspiré de l’initiative britannique Don’t Pay (« Nous ne paierons pas ») qui compte plus de 200 000 participants lancée en Flandre : « Wij betalen niet ». En Wallonie, ça s’appelle Don’t Pay Belgium. « La question n’est pas de savoir si nous voulons payer. Nous ne pouvons pas. Nous n’allons donc pas le faire. C’est aussi simple que cela. Nous n’avons pas causé de problème, nous n’avons pas eu à le réparer. Le chauffage n’est pas un luxe. Nous refusons d’être laissés pour compte et d’être déconnectés de l’électricité et du gaz. Nous nous sommes organisés pour éviter les coupures et nous avons agi contre les compagnies de gaz et d’électricité », explique Peter Terryn, coordinateur du mouvement sur le site dédié. Interrogé par la VRT, il conseille tout de même aux personnes qui ont les moyens de payer leurs factures. « Nous n’encourageons pas les gens qui peuvent payer leurs factures à ne pas le faire. Même s’ils ont du mal, nous pensons qu’il est plus sage de continuer à payer. Notre mouvement concerne spécifiquement les personnes qui ne peuvent pas payer et ne veulent pas. Leurs factures courent le risque d’avoir des ennuis.Des frais de justice s’ajouteront à leur facture impayée.L’huissier devra intervenir, ce qui entraînera des frais de justice à la charge de la partie perdante, d’un minimum de 500 euros.Et, les chances de gagner le procès sont quasiment nuls, détaille le site belge RTL.

À LIRE  Tours : boom de la livraison de courses à domicile