Réindustrialisation, innovation, transition : La région trace son…

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Alain Rousset confirme sa conviction sur les bénéfices d’une politique régionale qui allie industrie, transition et innovation – crédit AL

Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, a profité de ses vœux à la presse pour balayer les grands enjeux de 2023, confirmant les orientations de sa politique en matière de développement économique : un soutien à l’innovation mis au service de la réindustrialisation et les transitions environnementales. Morceaux choisis.

Difficile d’attaquer un salut sans évoquer le contexte international, de l’Ukraine au Brésil, et les conséquences de plus en plus directes de ces problèmes sur le citoyen français. Alain Rousset n’a pas dérogé à la règle vendredi, soulignant l’importance du rôle du politique et sa capacité à fixer un cap clair en temps de crise. L’occasion de redresser ce qu’il considère comme les excès de la centralisation en France, seul pays démocratique où l’éducation et la santé ne relèvent pas des compétences régionales, selon Alain Rousset. En attendant une « ligne politique claire du Front républicain », Alain Rousset renouvelle ses ambitions en matière de mobilité sociale et de justice territoriale. « Il y a une diminution du nombre d’élèves, une diminution du nombre d’enseignants, et pourtant nous ne fermons aucun lycée », confirme le président du conseil régional, en prenant l’exemple du lycée des métiers du bâtiment de Felletin. , menacée et finalement transformée au prix d’un investissement de 46 millions d’euros.

Sur le sujet, lire aussi Nouvelle-Aquitaine : 1,3 milliard d’euros d’investissements dans les lycées de la région

Bientôt une usine photovoltaïque à 1 milliard d’euros ?

Investir pour une sortie par le haut, c’est aussi la logique prônée en matière de développement économique. – La région ouvre la voie à moyen et long terme. Il faut conjuguer réindustrialisation, innovation et lutte contre le changement climatique », résume Alain Rousset, avant de rappeler la nouvelle dynamique mise en marche autour du bassin de Lacq, avec 1,7 milliard d’euros d’investissements programmés autour des nouveaux carburants, de l’hydrogène ou de l’économie circulaire de service innovation. L’occasion aussi d’évoquer une annonce prometteuse, même si elle est encore loin de se concrétiser : « nous sommes en négociation avec un grand industriel qui veut installer en France une giga usine de robots dédiée aux cellules photovoltaïques, représentant 1 milliard d’euros d’investissement » . Le projet va-t-il s’arrêter, et va-t-il s’implanter définitivement en Nouvelle-Aquitaine ? Impossible de répondre à ce stade, mais l’hypothèse allume des étoiles aux yeux d’Alain Rousset, qui avoue volontiers son goût pour l’industrie… lorsqu’il est basé en Nouvelle-Aquitaine. « Aujourd’hui, alors qu’on lance un grand plan solaire en France, c’est l’industrie chinoise qu’on relance », regrette-t-il.

Néo Terra 2, agroécologie et sortie des pesticides

« Il n’y a pas de contradiction entre industrialisation et lutte contre le changement climatique », assure Alain Rousset, dont les services travaillent actuellement à la mise à jour de Neo Terra, la feuille de route régionale dédiée à la transition écologique et énergétique, et dont le respect des ambitions conditionnera désormais la moitié des subventions de la région aux entreprises. Une inquiétude renforcée par la crise de l’eau, et qui conduit à approfondir la réflexion sur la transformation de certains secteurs comme l’agriculture. « On n’a pas encore totalement défini ce qu’est l’agroécologie pour un agriculteur, il faut y travailler avec l’Inrae, les chambres d’agriculture et autres, pour ne pas laisser les agriculteurs dans une situation d’inquiétude ou d’hostilité », estime le président, qui renouvelle sa confiance à innovation et progrès , à l’exemple de la société charentaise Elicit Plant, dont les phytostérols renforcent la résistance des cultures au stress hydrique. Et fait une promesse : « Je maintiens que je veux une sortie des pesticides en Nouvelle-Aquitaine d’ici 2030 ».

À LIRE  Opération conjointe de contrôle organisée par la douane et la gendarmerie nationale / Actualités / Accueil - Services nationaux de l'Oise