Retour sur le Miami Boat Show 2022 avec Moteur Boat

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Mais, en 2016, le démarrage des travaux du Convention Center, le parc des expositions de Miami Beach qui accueillait tous les bateaux à terre pour le MIBS (Miami International Boat Show), oblige les organisateurs à réorganiser leur salon. Pendant cinq ans, le Miami International Boat Show s’est tenu sur un seul et même site, au Miami Marine Stadium de Virginia Key, une île au sud de Downtown.

Pendant cinq jours, ce lieu, haut lieu des courses de bateaux à moteur dans les années 1960, s’est transformé en hall d’exposition après l’installation de kilomètres de pontons et de tentes.

Pour se rapprocher du MIBS, les organisateurs du Miami Yacht Show ont également choisi de déménager et de s’installer à Miami Downton, à un quart d’heure de bateau de Virginia Key, continuant ainsi à assurer une liaison entre les deux.

Malgré tout, visiteurs et exposants ont rapidement regretté ce choix, reprochant à Virginia Key son accès difficile.

Pas moins de cinq sites différents

La pause imposée en 2021 par le Covid s’est accompagnée de quelques changements et les deux salons, le MIBS et le Miami Yacht Show, ont fusionné pour devenir un seul événement, le Discover Boating Miami International Boat Show (DBMIBS).

Désormais installé sur cinq sites – le Convention Center pour les bateaux à terre de moins de 15 mètres, le Sea Isle Marina et le One Herald Plaza pour les bateaux à moteur à flot, le Museum Park Miami pour les voiliers et l’Island Gardens pour les yachts – il revendique le lieu de « la plus grande exposition de bateaux dans le monde ».

Au terme des cinq jours d’exposition, les organisateurs annoncent une présence de plus de 100 000 visiteurs et un succès commercial sans précédent. Il faut dire que le marché américain se porte bien, très bien même.

À LIRE  Voyage : Voici une liste des plus beaux endroits du monde à explorer, selon les voyageurs du monde sur Instagram

Si, en 2020, malgré les mois de confinement, la filière nautique en France a réussi à tenir le coup, outre-Atlantique, le nombre de bateaux à moteur neufs de 15 à 30 pieds (4,50 à 9 m) a augmenté de plus de 20 % et la le nombre total de nouvelles immatriculations (voile et moteur confondus) a approché les 300 000 unités, pour être exact 297 469.

L’année 2021 a été un peu plus compliquée pour l’industrie nautique américaine, mais les chiffres restent très élevés avec un nombre estimé de bateaux neufs vendus à 279 171 unités.

Le marché américain de la navigation de plaisance est confronté aux mêmes problèmes de chaîne d’approvisionnement et de pénurie que les autres industries mondiales de la navigation de plaisance ; malgré tout et malgré une inflation d’environ 7,5% et des prix du carburant qui ne cessent d’augmenter – 1,28 € le litre à la Sea Isle Marina – la folie et l’engouement pour le bateau sont toujours là.

Si le mois de février est un peu tard dans la saison pour annoncer les nouveautés – la plupart sont dévoilées à Fort Lauderdale en novembre -, le Miami Motor Show reste pour certains « the place to be », et pour les chantiers navals européens le meilleur moyen de présenter leurs bateaux sur le marché américain.

Extrêmes et démesure…

Miami reste Miami avec ses piques de moteurs hors-bord installés sur les fairways et ses rangées de consoles de pêche qui se ressemblent toutes. Pour être honnête, il y a moins d’offshores qu’il y a dix ans et la fréquentation est plus calme, mais la démesure américaine est toujours là et les extrêmes aussi !

La preuve avec la présence à Sea Isle Marina, au milieu de centaines de moteurs, d’une association en charge de la protection des lamantins, ces mammifères marins très appréciés en Floride, et le lancement de Mercury, motoriste dominant en Miami, d’un moteur électrique, alors que son V12 de 600 chevaux était décidément la star de ce show…

À LIRE  Con Dao accueille le premier navire de croisière étranger après la pandémie

Du côté des moteurs

Mercury Avator

Le Miami Motor Show est réputé pour ses excès de puissance, et le motoriste américain Mercury en est souvent le promoteur. Cette année encore, avec son V12 de 600 chevaux, il présentait le plus gros hors-bord du marché. Mais il crée la surprise en annonçant le lancement d’une gamme de moteurs électriques et en présentant un premier modèle baptisé Avator®.

Depuis qu’il a acquis Power Products, un géant de l’électricité, en 2018, le groupe Brunswick entend devenir un acteur majeur du secteur électrique. L’Avator®, c’est le nom du concept développé par Mercury, a la forme d’un hors-bord classique et son capot rappelle même celui des V6 et V8 de la marque.

Il dispose d’un écran en façade indiquant le niveau de charge de la batterie, qui est intégré au moteur et peut être retiré en soulevant le couvercle. L’hélice est assemblée. La production de ces moteurs débutera en 2022.

Tohatsu MFS 25/30 D

Le Miami Motor Show a également été l’occasion de voir en première mondiale les nouveaux moteurs de 25 et 30 chevaux du motoriste japonais Tohatsu. Conçus sur le même bloc trois cylindres en ligne de 500 cm3, ces deux moteurs, au poids

pesant respectivement 57 et 58 kg, peut se targuer d’être le plus léger du marché.

Grâce à l’optimisation du vilebrequin et de la tubulure d’admission, le motoriste est en effet parvenu à réduire le poids de ces moteurs de 19% par rapport aux anciens modèles. Les MFS25 et 30 D bénéficient également d’un nouveau timon équipé d’un levier qui permet de choisir entre quatre vitesses : de 750 à 1 050 tr/min, avant, neutre et arrière.