Retraites collectives : quelles obligations pour les salariés ?

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

envoyé: 18/01/2023 09:00

Sommaire

À l’exception des cadres, pour lesquels la couverture prévoyance collective est obligatoire, les salariés ne sont pas systématiquement couverts par un contrat de prévoyance d’entreprise. Lorsque c’est le cas, leur niveau de cotisation et de couverture peut toutefois varier selon qu’ils sont cadres ou non-cadres. Explications.

Avec les assurances collectives, l’employeur contribue à protéger ses salariés des aléas de la vie. En cas d’incapacité, d’invalidité ou de décès, l’organisme payeur verse au salarié (ou à ses ayants droit en cas de décès) un revenu de remplacement, en complément des prestations versées par le régime obligatoire de sécurité sociale. Ce revenu se présente sous la forme d’une indemnité journalière, d’une rente, d’un capital ou d’une pension selon le risque couvert.L’assurance collective permet aux salariés de bénéficier d’avantages plus attractifs qu’un contrat individuel en combinant indemnités de risque et participation de l’employeur au financement.

Des obligations de souscription conditionnées

Une pension collective n’est pas obligatoire pour tous les salariés. Pour les salariés cadres, l’employeur doit proposer un contrat collectif d’assurance décès qui couvre au moins le risque décès. Pour les employés non cadres, certaines entreprises peuvent être tenues de conclure une convention collective de retraite si une convention collective nationale ou sectorielle l’exige. Pour d’autres, la mise en place ou non d’un régime d’aides dans l’entreprise reste facultative. Si l’accord de branche impose à l’employeur l’obligation de conclure une convention collective de retraite, celle-ci est alors obligatoire pour tous les salariés couverts par l’accord, à l’exception des salariés qui peuvent et veulent bénéficier de l’exonération de cotisations. garantie minimale, recommander un assureur ou fixer des niveaux de participation. Un employeur qui n’est pas lié par un texte collectif peut décider de créer un fonds de pension collectif dans son entreprise par référendum interne ou par décision unilatérale de sa part.Il existe différents cas dans lesquels un salarié peut demander une dispense d’affiliation. Certains peuvent être prévus dans l’acte d’exécution, tandis que d’autres sont systématiquement proposés aux salariés qui souhaitent en bénéficier : salariés présents sur le lieu de travail au moment de la mise en place du plan par décision unilatérale (avec rémunération contributive), par exemple.

À LIRE  Comment économiser 445€ de carburant grâce au Superéthanol ?

Qui paye les cotisations des contrats de prévoyance collective ?

Il y a une différence notable entre les managers et les autres employés de l’entreprise. Dans le cas des cadres, le régime collectif de retraite est donc financé uniquement par l’employeur. Conformément aux dispositions de l’Accord National Interprofessionnel (ANI) du 17 novembre 2017, la cotisation patronale doit être au moins égale à 1,50 % de la première tranche de salaire (fourchette de salaire inférieure au plafond des cotisations au ZUS). Au moins la moitié de cette cotisation, soit 0,76 % de la 1ère tranche de rémunération, doit être affectée en premier lieu à une assurance contre le risque décès, prise en charge au moins à 50 % par l’employeur. L’employé est donc responsable du reste de la cotisation. Cependant, la convention collective ou l’entreprise peuvent prévoir un taux d’assurance plus élevé, pouvant aller jusqu’à 100 % de la prime.

La prévoyance collective après un départ de l’entreprise

Un salarié peut continuer à bénéficier des garanties prévues par l’assurance groupe de son ancienne entreprise, à condition que :

Journaliste spécialisé dans les mutuelles, les ZES et les questions liées aux retraites.