[REVUE] Warhammer 40000 : Darktide, A Vermintide 2 with Guns

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

La bêta fermée de Warhammer 40,000: Darktide du week-end dernier nous a donné quelques heures pour essayer le nouveau titre de Fatshark. Et comme prévu, on avait affaire à « Vermintide 2 with guns ». Alors Darktide ne sera certainement pas la révolution que certains attendaient. Mais a priori, les fans du dernier jeu du studio devraient se contenter de se munir d’épées et de haches pour éliminer les hérétiques par milliers.

Genre : FPS coopératif | Développeur : Fatshark | Editeur : Fatshark | Plate-forme : Vapeur | Configuration recommandée : Non rapporté | Prix ​​: 40€ Langues : audio anglais, texte français | Date de publication : 30.11.2022 | À vie : jusqu’à ce que tous les hérétiques disparaissent

L’aperçu a été réalisé lors d’une session bêta fermée par un gars qui n’a jamais peint une seule figurine de sa vie.

Bienvenue à Tertium

Si vous avez vécu dans les profondeurs d’un géant de l’espace flottant ces dernières années, vous avez peut-être manqué les jeux Warhammer : Vermintide. Mais je m’en fiche, vous connaissez sûrement Left 4 Dead ! N’est-ce pas? Vous êtes probablement perdu, mais bienvenue sur NoFrag, nous allons tout vous expliquer.

Darktide utilise donc la même formule que ses prédécesseurs, à savoir celle développée dans le titre Valve sorti en 2008. Quatre joueurs doivent travailler ensemble pour traverser le niveau en combattant des vagues d’ennemis. Leur progression sera régulièrement entravée par des événements scénarisés qui les obligeront à défendre un terminal, attendre un ascenseur, charger des munitions dans une navette, etc. Il y aura également des ennemis spéciaux qui ralentiront la progression des joueurs. En règle générale, ces derniers sont plus résistants que les adversaires de base, mais surtout, ils ont des capacités spéciales qui peuvent sérieusement endommager divers membres de l’équipe.

Le nouveau jeu de Fatshark reprend cette formule éprouvée et l’intègre dans l’univers de Warhammer 40K. Dites adieu aux forteresses impériales, aux ruines elfiques et aux cavernes infestées de rats de guerre, et préparez-vous à vous installer dans le monde-ruche d’Atoma Prime, plus précisément dans la ville de Tertium. Cette dernière est infestée d’hérétiques qui ne sont apparemment pas trop friands à l’idée que l’Inquisition vienne mettre son nez dans leurs affaires. Et heureusement pour eux, l’ordre a apparemment du mal à recruter et n’a plus le personnel pour nettoyer la ville. Mais au lieu d’augmenter les salaires et de mettre le baby-foot sur la table pour attirer les gens, dans un geste désespéré, ils feront appel à vous, les hors-la-loi et les criminels de l’empire.

Le bon, la brute, et l’ogre demeuré

Oui, un groupe de héros part en guerre, c’est fini. Dans Darktide, les joueurs n’incarnent plus des protagonistes prédéterminés, mais des personnages créés de toutes pièces. Comme dans un RPG traditionnel, vous devrez choisir la planète d’origine de votre criminel, comment il a passé son enfance, son plat préféré ou encore l’origine de son PTSD. Ensuite, bien sûr, vous pouvez changer de carrure et créer un look qui ressemble à Todd Howard ou à une version guerrière d’Anne-Sophie Lapix. Sympa sur le papier, mais en réalité le système ne délivre pas grand chose pour l’instant. Choisir une origine ou une autre débloquera quelques traits physiques et quelques lignes de dialogue, mais rien de transcendant. En ce moment je déplore même les personnages de Vermintide et leurs interactions.

Mais lors de la création du personnage, vous choisirez avant tout une classe qui aura un réel impact. Pour l’instant il y en a quatre : Tireur d’élite vétéran, Psychère, Zélote et Ogryn. Fondamentalement, vous trouverez un spécialiste à distance, un mage, un spécialiste du corps à corps et une sorte de géant qui a été pressé trop près du mur pour agir comme un tank. Chaque archétype a une compétence active et un ensemble de capacités passives que le joueur peut avoir besoin de modifier en fonction de son style de jeu.

À LIRE  EDG et bouclier tarifaire gaz : qui peut vraiment en profiter ?

À quoi cela vous rappelle-t-il ? Oui, il s’agit essentiellement des carrières de Vermintide 2, qui proposait trois ou quatre pour les cinq héros du jeu. Mais attention, selon les développeurs : « Bien que similaires, les classes ne sont pas les mêmes que les carrières. » Ces derniers nous promettent que les différences entre les deux systèmes seront plus claires à la sortie du jeu. On attend de voir, car pour l’instant le tour est joué très vite… A noter que Fatshark prévoit d’ajouter de nouvelles classes chaque trimestre, l’histoire du renouveau des styles de combat.

Ça va trancher chérie

Des combats très similaires à ceux du jeu précédent du studio. Si vous avez déjà coupé les Skavens dans Vermintide 2, couper les Hérétiques dans Darktide ne sera pas très différent. En combat, vous devrez toujours jouer avec des coups légers et des coups durs, gérer le timing des blocages et des contres, et ajuster votre position en esquivant pour éviter d’être submergé et écrasé. Le sang coule, les têtes explosent, mais personnellement j’ai l’impression qu’il manque encore un petit je ne sais quoi pour rendre le tout pêchu, et certaines hitbox sont encore un peu bancales. Mais si vous aimez le système de mêlée de Vermintide, vous ne devriez pas avoir de problème avec celui de Darktide.

Jesper Kyd supervise une nouvelle fois la bande originale du jeu, et les premières parties révélées sont de très bonne facture. J’espère juste que vous n’êtes pas allergique aux chœurs ou aux orgues.

Nous pouvons encore voir quelques nouvelles fonctionnalités qui affectent le combat au corps à corps, comme le système de « résistance ». En plus des points de vie classiques, chaque joueur dispose désormais d’une sorte de bouclier qui absorbe une partie des coups. Pour compléter ce nouveau benchmark, deux solutions : tuer les ennemis avec des armes de mêlée ou rester proche de vos coéquipiers. C’est simple, fonctionne très bien et favorise la cohésion, même si les joueurs doivent être très proches de leurs coéquipiers en ce moment pour bénéficier de la charge. Autre nouveauté, les personnages peuvent désormais sprinter et glisser. Mais pour le moment, la course n’est pas particulièrement rapide et utilise beaucoup trop d’endurance, et la glisse est carrément lente. C’est dommage, car ces deux outils pourraient être particulièrement utiles pour se rapprocher de nombreux ennemis à distance du jeu.

Oui, comme le titre l’indique, Darktide est Vermintide 2 avec des armes à feu. Mais vous ne serez pas le seul équipé, certains de vos adversaires seront également équipés de blasters du futur. Pour se débarrasser de ces derniers, il faudra souvent privilégier la poussière, notamment sur les niveaux de difficulté élevés, puisque ces ennemis ont tendance à évaporer les points de vie, ainsi qu’à gêner les déplacements des joueurs. En effet, Darktide dispose d’un système de suppression. Restez sous le feu de vos adversaires, votre vitesse de déplacement sera grandement diminuée et votre précision sera amoindrie. Mais au contraire, tirez en direction des hérétiques et ces derniers se mettront à couvert. Avec ce système et la présence de certains ennemis spéciaux, le jeu tente de vous forcer à jongler régulièrement entre les pistolets et les armes de mêlée. Et heureusement, Fatshark n’a pas négligé ses armes. La sensation procurée par les quelques armes à feu proposées pendant la version bêta était généralement correcte. Le fusil du vétéran, par exemple, était particulièrement amusant à utiliser sur les ennemis de base. Maintenant, nous espérons que la variété sera là lorsque le jeu sortira.

Une bêta impie

La sortie approche à grands pas, avec Darktide prévu pour le 30 novembre. Et malheureusement, l’état technique de la bêta ne nous a pas du tout convaincus de l’état probable du jeu au lancement. De graves problèmes de performances ont été observés dans une grande variété de configurations, d’un ordinateur portable g4m3r d’occasion à un ordinateur de la NASA arborant fièrement un RTX 3090. Personnellement, sur ma paire i7 7700k/RTX 2070, le jeu a eu du mal à maintenir 60 FPS, le tout à 1080p en moyenne. , avec seulement une petite goutte d’anti-aliasing pour éviter les saignements dans les yeux. Darktide est loin d’être moche, a priori l’optimisation est encore un peu fraise.

À LIRE  Aidez-moi à continuer ce combat : arrêtez la montée de l'électricité

L’équipement disponible était très limité pendant cette version bêta, et les bijoux Vermintide 2 étaient tout simplement inexistants. Mais généralement, les widgets qui modifient les statistiques des joueurs seront présents dans la version 1.0 du jeu.

C’est dommage, car les artistes de Fatshark ont ​​encore une fois fait un super boulot avec les environnements, certes très fidèles à l’univers de Warhammer 40K. Mais personnellement, n’étant pas particulièrement fan de la licence, je n’ai pas été particulièrement impressionné par les quatre missions proposées lors de la bêta. Pour la plupart, j’avais l’impression de marcher dans des couloirs métalliques mornes et des installations industrielles sans âme, avec des filtres de couleurs différents selon le niveau, et je n’ai pas capté de moments particulièrement épiques. Certes, il colle parfaitement à l’univers, et j’imagine que les fans pourront profiter pleinement de leurs visites à Tertium, mais je regrette un peu les environnements particulièrement variés de Vermintide 2.

Je suis également nostalgique des élites et des spéciaux du précédent jeu Fatshark. Ce dernier a eu assez de décence pour se démarquer un peu de la foule ou prendre la parole avant l’impact. Dans Darktide, les archétypes sont plus ou moins les mêmes, seuls les noms changent parfois, mais ces adversaires spécifiques sont beaucoup plus discrets. Parfois, il est difficile de les distinguer dans une foule (The Packmaster Trapper, je veux dire vous), et la plupart d’entre eux sont tout simplement trop silencieux en ce moment. Et s’il est facile d’entendre venir un chien du Chaos ou un kamikaze par exemple, je ne saurais vous dire quel son fait l’équivalent du Charger de Left 4 Dead.

Et quitte à terminer cet aperçu sur une note négative, autant foncer. Le HUD prend actuellement trop de place, mais il ne montre pas certaines informations utiles, comme la quantité de munitions dont disposent nos alliés. Le « menu principal » du jeu est un hub public où les joueurs jouent à la troisième personne. Je comprends que c’était important de montrer ses beaux cosmétiques en 2022, mais c’est franchement pénible et sans intérêt. A l’instar de l’écran de sélection de mission qui nous rappelle l’écran au lancement de Payday 2. A savoir, vous ne pouvez pas choisir une combinaison niveau/difficulté spécifique, non, il faut faire ce que le jeu vous donne sur le moment ou vous fier au hasard. C’est juste dégoûtant, mais nous parions que cela disparaîtra avec la version 1.0.

On verra fin novembre

« Vermintide 2 with guns », c’est essentiellement ce qu’est Darktide. Avec ce nouveau titre, Fatshark ne semble pas trop s’éloigner de la formule qui a fonctionné pour lui jusqu’à présent. Vous n’avez pas aimé le jeu précédent du studio ? Ils ont peu de chances de vous convaincre malgré la présence d’armes. Êtes-vous devenu un exterminateur régulier depuis la sortie de Vermintide ? Si l’univers W40K ne vous dérange pas, Darktide devrait vous plaire. Mais attention, l’état bêta suggère un début difficile, alors faites attention quand il est temps de sortir votre épée tronçonneuse.

Vous rencontrez des difficultés pour naviguer dans le catalogue Steam ? Suivez donc l’équipe curatoriale de NoFrag pour vous aider à séparer le bon grain de l’ivraie.