Sicile : que voir et que faire à Palerme ?

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Patrimoine arabo-normand, splendeur baroque et marchés colorés : zoom sur l’essentiel de Palerme, ville méditerranéenne pleine de vie.

Palerme vous laisse fantasmer. Est-ce à cause de son héritage extraordinaire ? Ou appartenir à la Sicile, cette île de rêve pour tout touriste homo ? Fondée par les Phéniciens, la ville a eu une histoire tumultueuse qui a alimenté sa légende. Tour à tour carthaginoise, romaine, byzantine, arabe, normande, souabe, angevine et espagnole avant d’être annexée au royaume d’Italie par Garibaldi et ses chemises rouges, cette fière sicilienne possède une culture d’une incroyable richesse.

Métropole active du Mezzogiorno, Palerme est plus que jamais ouverte sur la Méditerranée. Des ruelles densément peuplées aux palais grandioses, elle surprend autant qu’elle fascine. Si son côté délaissé lui a parfois joué des tours, il refait aujourd’hui des couleurs et s’impose même comme une destination tendance. Chaotique, bruyante et hédoniste, Palerme est avant tout incroyablement attachante.

VISITE GUIDÉE AVEC GUIDE FRANCOPHONIQUE

Sommaire

Découvrir le patrimoine arabo-normand

Après deux siècles de domination arabe, Palerme a connu un âge d’or entre 1131 et 1250. La dynastie normande des Hauteville – avec Roger II – puis celle des Hohenstaufen – avec Frédéric II – y établirent de splendides cours où le meilleur de la culture latine, du mélange byzantin, et musulman était présent. De nombreux vestiges de cette époque, restaurés et protégés par l’Unesco, se visitent.

A lire aussiEn Sicile, un voyage au carrefour des charmes de la Méditerranée

Le Palais Normand et sa Chapelle Palatine

Lieu de pouvoir depuis l’ère arabe, les Normands ont fait de cet austère palais un véritable joyau. La magnifique Chapelle Palatine, édifiée par le Roi Roger II à partir de 1130, séduit par la préciosité de son mobilier aux influences byzantines, islamiques et romanes. Ses extraordinaires mosaïques retracent des épisodes de l’Ancien Testament et la vie des saints Pierre et Paul. Tout autour, le plafond en bois sculpté et l’accumulation de marbre ajoutent à la noblesse du lieu. Dans les appartements royaux, c’est la chambre du roi Roger, également décorée de mosaïques, qui attire le regard. La beauté de ses scènes de chasse peuplées d’animaux exotiques est saisissante.

Église de San Giovanni degli Eremiti

Moins connue que la Cappella Palatina se trouve ici un autre joyau de l’époque normande. Entourée d’un magnifique jardin, l’église se présente dans un style très pur, où l’influence arabe est importante. Les élégantes colonnes jumelles du cloître s’ouvrent sur une cour paisible aux airs de paradis.

Construite sur les vestiges d’une crypte byzantine et les vestiges d’une mosquée, la cathédrale impressionne par ses dimensions. Son portique gothique-catalan lui donne de la légèreté, mais surtout son lit, aux délicats motifs de pierre, incarne le style arabo-normand. A l’intérieur se trouve le sarcophage de Frederick II Hohenstaufen. Quant aux rooftops, ils conservent une vue spectaculaire sur la ville !

Ces deux églises adjacentes rivalisent de beauté. Couronnée d’un campanile, La Martorana cache de magnifiques mosaïques byzantines où l’on peut voir Roger II couronné par le Christ lui-même. San Cataldo se caractérise par ses dômes rouges et sa décoration intérieure harmonieuse entre voûtes en pierre et sols en marbre usés par les siècles.

À LIRE  Yerliyrut Marin, une nouvelle gamme d'open accessible au plus grand nombre

Un peu à l’écart du centre-ville se trouve l’autre palais normand de Palerme. Sa salle de la fontaine, avec ses plafonds en bois sculpté de « stalactites », rappelle les palais mauresques d’Andalousie. Une petite collection d’art islamique est exposée dans les différentes salles du palais, conçues pour permettre à l’air de circuler naturellement.

BILLET 24H POUR LE BUS TOURISTIQUE

Faire le plein de baroque sicilien

L’église, chef-d’œuvre de l’art baroque sicilien, a été restaurée après avoir été détruite pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela n’empêche pas de s’émerveiller devant le marbre, les pierres semi-précieuses dures, les stucs et les peintures baroques de Pietro Novelli.

Les oratorios de Rosario, Santa Cita et San Lorenzo

Giacomo Serpotta est considéré comme l’un des maîtres du décor baroque sicilien. Dans ces trois oratorios, son usage presque abusif du stuc permet de donner vie à des cohortes d’angelots (chérubins), de vierges et de saints, animés dans des mises en scène spectaculaires qui frôlent le rococo.

Ici, Visconti a tourné la scène finale du Guépard. Visiter le palais n’est pas facile – uniquement sur rendez-vous – mais inoubliable. La Galerie des Glaces enchante les visiteurs par sa magie des stucs dorés, son double plafond ajouré et sa majolique représentant… des guépards. Le tout est éclairé par un gigantesque lustre en verre de Murano.

La mise en scène macabre est l’un des plaisirs insidieux de l’art baroque sicilien. Ces catacombes, créées par les moines capucins, témoignent de ce goût étrange. Ici, les couloirs sont peuplés de 2 000 momies, entièrement vêtues. Un endroit froid.

Flâner sur les marchés de Palerme

C’est le plus fou de la capitale sicilienne. Elle rappelle l’Afrique et l’Orient avec ses marchands tournants et ses échoppes colorées installées au pied de palais en ruine. Les étals de rue vendant des aliments frits, des sandwichs aux abats et du jus de grenade abondent.

Il se déroule le long de la Via Porta Carini et s’étend jusqu’à la porte du même nom. Dans une ambiance authentique vous retrouverez toutes les merveilles gourmandes de l’île, des pistaches de Bronte aux tomates séchées Pachino en passant par les saucisses de porc noir Nebrodi.

Ce marché, autrefois dédié aux bouchers, s’est progressivement transformé en un marché de street food très apprécié. Le soir, c’est le rendez-vous préféré des étudiants qui vivent au rythme de la cumbia ou du spaghetti disco.

Admirer des chefs d’œuvre

Palazzo Abatellis – Galerie Régionale

Installé dans un palais gothique-catalan, ce musée rassemble plusieurs chefs-d’œuvre exceptionnels, à commencer par la célèbre Annonciation d’Antonello da Messina. Dans cette petite toile, la Vierge apparaît seule, son visage infiniment doux tourné vers un Archange Gabriel invisible, qui n’est pas visible. Au rez-de-chaussée, la fresque du Triomphe de la Mort offre également une toile de fond époustouflante : on voit la Mort à cheval jaillir parmi les vivants apeurés.

À LIRE  Découvrez les idées cadeaux et les offres de nos commerçants...

L’autre grand musée de Palerme, installé dans un ancien couvent, rassemble les trésors découverts sur les grands sites antiques de l’île. Les métopes des temples de Sélinonte – bas-reliefs qui ornaient le haut des façades extérieures – sont fascinantes.

Le plus grand opéra d’Italie a été achevé en 1875 et ressemble à un temple antique. Sa programmation comprend chaque année les plus grands opéras et ballets du répertoire.

Flâner dans un jardin exotique

Créé en 1789, ce parc de 11 hectares est considéré comme l’un des plus beaux jardins botaniques d’Italie. Parmi ses 5 000 espèces, on compte un grand nombre de plantes exotiques, des palmiers aux cactus, en passant par les pins ou les arbres à fromage. Bassins, serres et bâtiments néoclassiques rythment une balade décidément irrésistible.

Goûter à la cuisine sicilienne

Impossible de séjourner à Palerme sans succomber à la street food. Il y a bien sûr les arancine, ces boulettes de riz panées agrémentées de ragù ou de fromage. Ceux de Ka Palle ou de Sfrigola méritent une bouchée. Les pancakes frits aux pois chiches de l’Antica Focacceria S. Francesco valent également la peine d’être essayés. Reste à tester les sfincione, ces pizzas aux anchois ou au cacciocavallo (fromage).

Pour un plat de fruits de mer et des linguines alle vongole dignes de ce nom, direction Ajamola. Envie d’un plat local 100% maison ? Buatta a tout ce dont vous avez besoin, y compris le succulent porc noir Nebrodi. Les meilleures pizzas ? On peut les manger à l’Archestrato di Gela près du Giardino Inglese. A moins que vous ne préfériez les pâtes de l’Osteria Alivàrù, par exemple la Busiate aux brocolis, anchois et poutargue.

En matière de sucreries, la Sicile possède un répertoire très large. Essayez les fruits de massepain et la cassata – un gâteau à la ricotta et aux fruits confits – de Pasticceria Costa. Les cannoli de Cappello sont très réputés. Besoin de fraîcheur ? Les granites aux amandes de Cappadonian vous attendent. A moins que vous ne préfériez la glace à la pistache de la Gelateria Al Cassaro ?

Vivre la movida à la palermitaine

Direction la Piazza Magione à l’heure de l’apéritif pour profiter des immenses terrasses. Pour déguster les délicieux vins siciliens, vous pourrez vous installer sur la micro-terrasse du Dal Barone, où les vins naturels sont rois. Envie d’un cocktail avec vue ? Rendez-vous sur le toit de l’Albergo Ambasciatori, le Seven. Si vous avez des fourmis dans les jambes, on dansera sur de la musique électronique au Castigamatti Dischi e Bar.Enfin, en été, un grand « beach bar » avec piste de danse en plein air se dresse à bâbord, le Nautoscopie.

VOIR AUSSI – La splendeur d’une villa en Sicile