Skoda : comment le constructeur tchèque veut-il réduire son impact environnemental ?

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Que ce soit de la part des constructeurs ou des instances politiques, on nous dit régulièrement que la voiture doit devenir plus verte, plus écologique. Cependant, on parle encore peu de l’impact de la production automobile sur l’environnement. La plupart des constructeurs font des efforts sur cette question, Skoda en fait partie et nous a invité en République Tchèque à Mlada Boleslav pour découvrir sa stratégie de réduction de l’impact environnemental de Skodas.

Cette volonté de réduire les émissions de CO2 de la marque Skoda vient d’un engagement. Il s’agit de réduire les émissions de CO2 de 50% par rapport à l’année 2020 à 2030. C’est pourquoi le constructeur développe naturellement des véhicules électriques, dont la Skoda Enyaq iV, mais aussi des techniques de production plus respectueuses de l’environnement :

Électromobilité

Pour Skoda, comme pour la plupart des constructeurs automobiles, l’avenir se voit dans l’électromobilité, le développement des véhicules électriques. L’objectif de la marque est de vendre 70% des Skoda 100% électriques en Europe d’ici 2030. Cela inclut évidemment le lancement des véhicules électriques. Actuellement, les Skoda ENYAQ iV et ENYAQ Coupé iV montrent le savoir-faire de la marque tchèque en matière d’utilisation de l’électricité pour se déplacer. L’objectif de 70% des ventes implique évidemment le lancement d’autres véhicules électriques. Les présentations devraient suivre avec 3 nouveaux véhicules 100% électriques d’ici 2026.

Pourtant, produire des véhicules électriques est intéressant, mais que faire des batteries quand ces véhicules sont vieux ? Skoda présente sa solution.

Recyclage des batteries

Le recyclage des batteries électriques est encore un sujet sensible, mais sur lequel il faut proposer des solutions, afin de ne pas engendrer d’autres problèmes environnementaux. Skoda en est conscient et propose déjà des solutions de recyclage des batteries des véhicules électriques et hybrides.

La solution comprend un deuxième cycle de vie pour les batteries des véhicules électrifiés Skoda. Les batteries usagées sont installées dans un système de stockage d’énergie stationnaire. Ce système de stockage d’énergie peut remplir plusieurs fonctions. Il peut être utilisé comme groupe électrogène, mais aussi comme borne de recharge pour véhicules électriques. Dans ce cas, l’équipement fonctionne comme un réservoir tampon qui se recharge avec l’électricité fournie par le réseau auquel il est raccordé, et peut assurer une recharge plus rapide du véhicule électrique. Ce système de stockage d’énergie utilise actuellement des batteries ENYAQ iV mais aussi SUPERB iV et OCTAVIA iV. La capacité des unités de stockage stationnaires peut atteindre 300 kWh et cela permet de fournir des bornes de recharge rapide d’une puissance allant jusqu’à 150 kW.

À LIRE  Perpignan : les ventes de voitures au bord de la panne d'essence, la pénurie menace aussi le marché de l'occasion

Skoda peut ainsi recycler pour un deuxième cycle les batteries de la plateforme MEB du groupe Volkswagen, qu’elle produit depuis mai 2022 dans son usine de Mlada Boleslav. Cependant, ce n’est pas le seul élément sur lequel Skoda met en œuvre le recyclage.

Utilisation de matériaux recyclés

Dans sa stratégie, le constructeur tchèque propose l’utilisation de matériaux recyclés afin de limiter l’empreinte environnementale de la production du nouveau véhicule. Un point important des travaux car actuellement 1/3 des matériaux d’une Skoda Octavia neuve sont recyclés.

Cela commence par les pare-chocs, qui sont fabriqués à partir de pare-chocs endommagés recyclés. Ainsi, les boucliers avant et arrière Skoda sont fabriqués à partir de fragments d’autres boucliers. Peut-être que votre vieille voiture mise au rebut a été utilisée pour fabriquer l’un des pare-chocs d’une Skoda.

Dans l’habitacle, on trouve également de nombreux matériaux recyclés comme le tissu composé jusqu’à 70% de PET recyclé (polyéthylène téréphtalate recyclé, principalement utilisé dans les bouteilles en plastique). Les bouteilles sont ensuite transformées en fils, qui sont utilisés pour fabriquer l’intérieur des Skoda ENYAQ iV et KAROQ.

Skoda ne se concentre pas uniquement sur les tissus d’ameublement recyclés. La marque prend également des mesures pour la recyclabilité des matières premières utilisées. La volonté est d’augmenter la part des monomatériaux dans la production des véhicules. Attention qui facilite le recyclage des différents éléments du véhicule. Ceci est illustré par le design intérieur ou les conduits d’aération où les mono matériaux sont utilisés. Ainsi, sur une garniture de porte Skoda OCTAVIA, 50% des matériaux sont issus de matières premières renouvelables.

Et ce n’est pas tout, l’acier et l’aluminium sont également recyclés. Les métaux deviennent de nouveaux aciers, tandis que l’aluminium devient de nouveaux moules. Le verre reçoit le même traitement pour devenir de nouvelles vitres ou fibres de verre isolantes.

De nombreux éléments sont donc recyclés dans la Skoda OCTAVIA qui nous a été présentée. Dans ce prototype proche de la production, la garniture de toit est faite de bouteille en plastique comme le fond du coffre. Il existe également des matériaux recyclés, les plastiques du compartiment moteur et les inserts du tableau de bord sont fabriqués à partir de déchets de betterave sucrière.

À LIRE  Comment vendre sa voiture rapidement et facilement ?

Avec ces éléments, Skoda semble suivre Antoine Lavoisier, qui déclare dans son traité élémentaire de chimie « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Une réflexion venue du XVIIIe siècle, qui semble pourtant plus actuelle que jamais.

Mais encore ?

Un véhicule est produit par son constructeur et c’est donc celui qui pèse le plus sur les émissions de CO2 liées à sa production et à son utilisation. Cependant, certains éléments d’un véhicule neuf ne peuvent pas être produits par le constructeur lui-même. Elle appelle donc des partenaires. Dans le cas actuel où Skoda veut rendre sa production plus propre et plus durable, le choix des partenaires est fondamental.

Le développement des pneus est très important pour réduire la consommation de carburant et les émissions de CO2. En effet, ils sont le premier contact avec le sol d’un véhicule et peuvent être une source de consommation importante si leur résistance au roulement est élevée. Budgestone fournit actuellement des pneus légers à faible résistance au roulement pour le véhicule électrique Skoda ENYAQ iV. Continental travaille avec la marque tchèque pour utiliser des pneus avec un contenu recyclé plus élevé et l’utilisation de caoutchouc naturel issu de pissenlits.

Enfin, ce n’est pas tout, Skoda demande à ses partenaires d’innover. On devrait donc bientôt trouver des écrans Doppler en matière recyclée.

Conclusion

Le monde de demain est déjà le monde d’aujourd’hui comme nous le prouve ŠKODA avec une stratégie de production déjà en cours ou proche de son lancement. Pour aller encore plus loin, on peut citer le fait que Skoda Logistics est assuré par deux camions 100% électriques et d’autres qui roulent avec des carburants alternatifs comme le GNC et le GNL. De plus, les agriculteurs doivent profiter de leurs infrastructures pour produire de l’énergie au lieu de la consommer. Cela explique le choix d’installer des panneaux photovoltaïques dans sa centrale de Mlada Boleslav, ce qui en fait le troisième plus grand système photovoltaïque du pays.

Une question reste alors sans réponse, les prix des véhicules neufs utilisant des techniques de production identiques ou équivalentes resteront-ils les mêmes ? Une hausse des prix peut être légitimement redoutée par les consommateurs.

Passionné de voitures au sens le plus large, j’ai une préférence pour tout ! J’écris en parallèle de mes études en science politique pour le plaisir du partage.

Articles susceptibles de vous intéresser