Suisse : Les médicaments bon marché peuvent devenir plus chers

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Suisse : Les médicaments bon marché pourraient devenir plus chers

Suisse: Les médicaments bon marché pourraient renchérir

Berne veut baisser le prix des médicaments. Hic : La réforme actuelle risque d’augmenter les prix des produits courants et bon marché.

De nombreux médicaments bon marché pourraient voir leur prix augmenter.

Le Conseil fédéral veut limiter la charge des primes en Suisse. Pour y parvenir, le ministre de la Santé Alain Berset veut s’attaquer au prix des médicaments. Avec votre projet que vous devriez présenter prochainement à vos confrères, de nombreux traitements onéreux seraient moins chers. Mais d’un autre côté, certains produits courants et bon marché devraient prendre de l’ampleur, indique mardi le Tages-Anzeiger.

En cause, la formule complexe pour établir le prix d’une boîte de comprimés. Car le montant que nous payons en pharmacie est composé de plusieurs éléments. En premier lieu, il y a le prix de base du médicament exigé par son fabricant, auquel s’ajoutent des suppléments pour les pharmacies et autres maillons de la chaîne de distribution. Et pour les préparations sur ordonnance, plus le prix d’usine est élevé, plus les suppléments sont élevés. Cela incite les pharmacies à vendre les médicaments les plus chers.

La moitié des médicaments concernés

La moitié des médicaments touchés

C’est ce lien que Berne veut corriger. Objectif : que les pharmacies vendent des génériques moins chers. Mais pour les médicaments dont le prix départ usine est inférieur à 15 francs, la réforme prévoit que les nouveaux suppléments seront tous plus élevés que les suppléments actuels, explique Tagi.

SantéSuisse, la grande faîtière des assureurs, a calculé que les pharmacies et les intermédiaires recevront parfois deux fois plus de suppléments qu’aujourd’hui. Et selon son directeur adjoint, Christoph Kilchenmann, c’est la moitié des médicaments qui deviendront plus chers. Surtout ceux dont le prix d’usine se situe entre 8 et 11 francs. Il cite le spray nasal Avamys (contre les allergies) qui passerait de 19,55 à 27,15 francs. Ou le somnifère Dormicum qui se négocie aujourd’hui à 27,90 francs contre 20,35.

À LIRE  Plombier, peintre... et si vous passiez par des plateformes de collaboration ?

Cerise sur le gâteau : ce sont les consommateurs qui seraient les plus touchés puisque, du fait de la redevance de franchise, ce sont généralement eux qui devront payer de leur poche cette hausse de prix, rappelle-t-il.