Test officiel Misano 2022 : meilleur temps à Quartararo

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Brèves : Miller n’a rien testé, Ducati s’excuse auprès de Bastia, famille Gardner en bisbille, Petrucci roule ce week end en MotoAmerica, Agostini pas encore tifoso de Bagnaia

– Jack Miller a fait une double déclaration, la suivante en plaisantant … dans un mode d’humour sale « C’était fantastique, j’avais plein de parties à essayer et j’étais vraiment, vraiment occupé », c’est la partie d’humour froide et drôle qu’il est dans Ozzie puis … « Non, j’ai fait quelques tours et je me suis encore écrasé dans le virage 4 – c’était presque le même que l’accident qui s’est produit pendant la course. Maintenant, nous avons des données en double et nous pouvons essayer de comprendre ce que j’étais A part ça, je faisais juste des suppléments, je n’avais rien à tester – c’est tout. » Alors à midi, il a fait ses valises et est parti, sans doute furieux. Ducati ne veut peut-être rien lui révéler sur la nouvelle moto, mais dans ce cas, pourquoi l’ont-ils laissé rester trois jours après le GP, où il s’est fâché à cause de l’accident ?

– Le feuilleton Bastianini (photo ci-dessus) continue… Je n’arrêtais pas de le rejouer, en plus d’être encore un peu seul dans le désert, depuis VN Misano, la bataille Bastianini / Bagnaia était un très beau spectacle, et surtout, une magnifique prestation de Bastia, qui souhaite que cela prouve qu’il était capable de devancer Bagnai… Mais sachant qu’il n’avait pas le droit de gagner. Il s’avère que, au grand dam des patrons de Ducati (mais pas de Gigi dall’Igno), nous avons regardé la télémétrie et il est devenu clair que les écarts n’étaient jamais dangereux pour Bagnaia. Du coup, la direction de Ducati s’est excusée auprès du pilote… Bastianini : « Nous avons analysé les données après la course et j’étais plus loin que Pecco au freinage, comme on a pu le voir sur les images TV. Pour cette raison, Ducati s’est excusé auprès de moi après les déclarations de dimanche. Et bang !

– Remy Gardner n’est pas d’accord avec le père Wayne… Le père champion du monde s’en prend à l’agent de Remy, qui n’a pas pu négocier pour garder son fils chez KTM. D’un côté, Rémy l’envoya faire ses valises, mais ensuite il se souvint que son père n’avait pas interféré avec sa carrière depuis un an. Remy et son agent continuent de chercher une solution en Moto2, Fantic n’en voulait pas, mais le champion du monde Moto2 2021 devrait normalement retrouver un emploi.

– Chez MotoAmerica, Petrucci poursuit son rêve de remporter le trophée le plus insaisissable de la moto à grande vitesse, qui est entouré de pilotes américains comme un tonneau de chêne. Néanmoins, ils étaient champions étrangers. Toni Elias a gagné avec une Suzuki en 2017. Le Canadien Duhamel a gagné avec une Honda en 1995. L’Australien Matt Mladlin avec une Suzuki leur a offert un dégel, des titres en 1999, 2000, 2001, 2003, 2004, 2005 et 2009 ! Une fois, une seule fois, Ducati a gagné, c’était il y a 28 ans, en 1994, avec l’Australien Troy Corser. Petrucci serait donc le premier Italien à remporter ce championnat SBK, les rêves sont permis, battant à quelques reprises la Yamaha de l’invincible Jack Gagné. Cette fin de semaine dans l’État du New Jersey, dans l’est des États-Unis, se tient l’avant-dernière course de la saison et Petrucci n’est qu’à un point de Gagné au classement général. Allez Danilo !

– Agostini, le grand maître des GP de vitesse, a confié à nos confrères de la Gazzetta dello Sport ce qu’il pense de Bagnaia. « Ce n’est pas un champion du monde, c’est peut-être pour ça qu’il n’est pas encore devenu un personnage, même s’il prouve semaine après semaine qu’il est un grand pilote. Il faut casser les gros titres. Comme ça m’est arrivé, comme c’est arrivé à Valentino Rossi, comme c’est arrivé à Marc Marquez. Ou comme Quartararo pourrait le faire parce que Vale s’est arrêté et que Marc n’était pas encore revenu. Les gens veulent voir un champion, pas un vainqueur de course ! Bien sûr, il faut du temps pour construire un personnage et Bagnaia se porte bien en ce moment, mais il doit continuer à monter de niveau. Il y a du vrai, il en va de même pour Quartarara, qui a déjà un titre, mais un seul, il n’est pas encore un personnage de l’histoire du MotoGP. Peut-être que Dorna et la FIM avec leurs idées folles pourraient décerner deux titres MotoGP par an juste pour accélérer le processus de création d’un nouveau géant ?

À LIRE  Moto électrique : pourquoi elle ne démarre pas

Test Misano, jour deux : Quartararo record du tour (non homologué)

Il y a d’abord ceux qui sont partis après seulement une journée de test, comme Dovizioso, qui n’est venu que pour essayer un nouveau casque. Luca Marini et Marco Bezzecchi, les deux pilotes de l’équipe VR46, ont également terminé, ce qui est logique, les équipes usine et satellites testent du nouveau matériel, ils ont un peu mangé. Rins et Aegerter, qui remplace Miro blessé, se sont apparemment arrêtés depuis que Suzuki a arrêté le MotoGP à la fin de l’année, il n’y a pas eu de nouveau matériel. Et j’ai essentiellement dit que Miller n’avait rien à essayer, alors il a quitté le circuit à midi le deuxième jour. De plus, les Ducatis ont fait leurs valises à midi. Pour d’autres raisons, le programme de test a été suspendu. A midi, et c’est une excellente nouvelle, Quartararo a signé le meilleur temps, à seulement 56 millièmes d’avance sur Bagnaio, mais Fabio, comme Morbidelli, a reconnu qu’il était un gros plus sur la moto 2023. (Elle a clignoté à moins de 2 km/h de la Ducati la plus rapide, celle de Martin, plus rapide que Vinales en km/h). Fabio est un éternel insatisfait, ce qui est un très gros signe, mais il se dit néanmoins que si Yamaha a avancé dans son développement, les autres marques sont allées plus vite… Et boum ! Il a également admis que le nouveau châssis était incroyable, mais il s’y est vite habitué. L’équipe Yamaha teste également une nouvelle armure…

Maverick Vinales est également très proche de Fabio, ce qui n’est pas surprenant, Aprilia a annoncé qu’ils apportaient beaucoup de nouveaux équipements, également sur la moto, également dimanche j’ai pensé un instant que Maverick passerait Bagnaia, bref, il est de bonne humeur… suivi de Bastianini avec la quatrième fois, on sait que le mec est en pleine forme, d’autant plus que cette fois il teste du matériel d’usine, pas sa moto d’occasion habituelle.. .

Aleix Espargaro n’a plus beaucoup d’espoir en Coupe du monde, mais il y est avec le cinquième temps… Mais blessé, petit doigt cassé. Puis on retrouve Martin (on sait qu’il est rapide sur tous les rapides), puis Marini (on est dans le temps combiné, j’ai déjà dit que Marini n’a pas fait de vélo l’autre jour), Oliveira, Bezzecchi et Di Giannantonio, qui veut essayer de garder haut le drapeau de l’équipe Gresini, que Bastianini tient si bien en 2022… Zarco a onze ans, on sait qu’un garçon comme Quartararo est toujours à la recherche d’améliorations. Il se fiche des temps au tour et il a raison. Quoi qu’il en soit, ces temps de test ne sont pas très intéressants. Marc Marquez a treize ans, rien de terrible vu la position, mais hier il était à huit dixièmes des leaders, ce matin il n’est qu’à une demi-seconde d’écart, il sourit en rentrant aux stands, bien qu’il sache que sa main reste ne peut pas avoir tout le GP… Quartararo est passé en premier l’après-midi, ça doit être très frustrant de piloter la machine qu’on lui a demandé (enfin du moins approximativement) sachant qu’en Aragon il retrouvera son tout petit vélo balayé dans la bagarre, alors que Bagnaia en pleine forme et sur un vélo très solide. Quartararo est donc le meilleur temps absolu. De plus, il a battu le record de piste, qui n’est pas homologué, trop de gomme sur la piste et donc une adhérence exceptionnelle. Très important, Marc Marquez a performé, la veille il a dû s’arrêter en fin de matinée après 40 tours, ce matin dans l’après-midi il en a fait 38 et 27 de mieux. « Ça s’est super bien passé, surtout parce que je ne m’attendais pas à pouvoir faire autant de tours, surtout le deuxième jour. Et aussi parce que cette deuxième journée était bonne du point de vue des sensations sur la moto. J’ai commencé à comprendre ce dont j’avais besoin, j’ai commencé à essayer des choses et puis quand j’ai voulu attaquer le tour, le temps s’est un peu amélioré par rapport aux autres Honda. Je suis donc heureux dans ce sens. « Mais concernant Aragon, il a aussi dit qu’il n’avait pas la force pour le moment de faire tout le GP. Et ce n’est pas son style de rouler le vendredi et le samedi devant la première position, même si ça doit être tentant…

À LIRE  Pas de diesel, pas d'essence, pas d'électricité - le seul moteur que vous devez choisir pour acheter plus intelligemment | Aura

Alors le bilan ? Le duo Bagnaia/Bastianini restera, si ça marche, une équipe de rêve, mais pas au départ. Ce sera un cauchemar pour les deux pilotes début 2023. Ce qu’en dit Bagnaia : « Nous travaillons à l’opposé de Yamaha. On essaie de trouver de la vitesse dans les virages et d’obtenir un vélo qui accroche bien au virage et qui reste donc infranchissable. Et je pense que nous nous en sortons bien. Nous nous améliorons. Par rapport à l’année dernière, nous avons perdu un peu de vitesse pure afin d’augmenter la vitesse en virage. Et oui, la Yamaha étant tellement meilleure au niveau de la partie vélo, il est crucial d’améliorer la Ducati à ce stade en 2023, car alors la Fabio aura de l’adhérence ET de la vitesse ! Bilan globalement positif chez Yamaha qui disposait de trois motos Chez Honda, Marc a commencé avec une moto de 2022, puis a lâché une demi-seconde, ce qui est énorme, sur une moto refaite, même pas la moto de 2023, ce qu’il n’est toujours pas en fait . KTM, peu d’informations ont été filtrées, Pedrosa a fait l’essentiel du travail, passant le radar ligne droite avec 10 km/h de moins que Martin, pour le reste ils sont dans la zone médiane, ce qui est leur cas depuis le début de saison, Oliveira huitième, Binder seize, les pilotes Tech3, licenciés fin 2022, sont au bord de la faillite. rentrez chez vous, les ingénieurs vont vraiment devoir fabriquer une moto avec toutes les pièces du puzzle, des pilotes éparpillés lors de ces essais, un hiver si sale en vue, pour les pilotes c’est parti pour l’Aragon pour le dernier GP d’Europe avant de partir vers le Far de l’Est et de l’Australie (on finira quand même par Valence, en Espagne), et surtout après avoir testé des modèles a priori perfectionnés, il faudra se remettre au travail sur des motos parfois puissantes (Ducati et Aprilia), capables du meilleur comme du pire (Yamaha), capable de peu (KTM) ou capable de rien (Honda). C’est effrayant de passer d’une machine de haute performance à son ancêtre mais bon le titre ne se joue pas, Fabio devra se battre bec et ongles contre le duo Bagnaia / Bastianini à moins qu’il ne soit à l’un des GP qui réalise une performance de haut niveau restez sur place ‘ ll être à la fin d ah les cordes !