Urgent : une équipe mobile professionnelle de télémédecine dans le Haut-Rhin | M+, l’actualité de Mulhouse

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

En collaboration avec le Centre 15, une équipe mobile de télémédecine peut être mobilisée pour se rendre au domicile des patients qui ne sont pas en urgence immédiate. Une première dans le Grand Est, dans le but de mieux répondre aux besoins sanitaires de la population et de désengorger les urgences.

Et un outil de plus pour répondre à la saturation des services d’urgences et des demandes de soins de la population, qui relèvent davantage de la médecine générale… Ayant fait leurs preuves dans d’autres départements de France (Ile de France, Normandie, et Nouvelle Aquitaine), depuis le 22 août – et depuis deux mois – une équipe mobile de télémédecine expérimente dans le Haut-Rhin. Une première dans le Grand Est, en collaboration avec Sauv’Life et l’ARS.

Intervenant à la demande du SAMU du Haut-Rhin après l’appel au Centre 15, l’unité se déplace en mobile au domicile du patient, qui est pris en charge par un spécialiste de santé (infirmier) qui assure la liaison avec un médecin. en téléconsultation. « Très concrètement et comme d’habitude, l’appel arrive au centre 15, il est reçu par un assistant réglementaire, puis pris en charge par un médecin réglementaire qui recense les besoins. Si les besoins ne constituent pas un problème d’urgence immédiat et que les besoins ressentis nécessitent une vision médicale de la situation, l’intervention de l’unité mobile peut être activée, précise le Dr Marc Noizet, chef de la section des urgences du GHRMSA – SAMU68 – SMUR . L’idée est de mettre à disposition des patients des moyens techniques pour qu’ils puissent consulter à distance sans avoir à se déplacer. »

À LIRE  Un programme de réhabilitation pour chiens et chats

Médecine de demain

Depuis sa mise en place, l’unité mobile a réalisé une quarantaine d’interventions, qui touchent les trois quarts des personnes de plus de 75 ans, et seulement un quart des patients ont finalement été transportés aux urgences après la téléconsultation. « L’ambition est de mieux répondre aux besoins de la population, ce dispositif est l’un des outils que nous construisons autour du Centre 15 pour mieux structurer l’offre de soins, poursuit le Dr Marc Noizet. A travers ce dispositif nous construisons la médecine de demain dans le La démographie médicale n’augmentera pas du jour au lendemain, il faut trouver des alternatives pour répondre aux besoins de la population… »

Pour le professeur Lionel Lamhaut, fondateur de Sauv’Life et propriétaire de cette unité mobile à l’échelle nationale, la téléconsultation ne signifie pas la fin des personnes en médecine. « C’est même tout le contraire, on ne peut pas tout dématérialiser. C’est l’infirmier de l’unité mobile qui se rend chez le patient qui fait le bilan, en lien avec le médecin. Disposant de tout le matériel nécessaire (stéthoscope, électrocardiogramme, imprimante, etc.), l’infirmier est à distance les yeux et les mains du médecin. »

7j7, de 10h à 22h

Si les équipes mobiles de télémédecine ont fait leurs preuves dans d’autres départements de France avec, sur les seuls mois de juillet et août, des interventions auprès de 2.000 patients, dont « seulement » 20% ont été transférés à l’hôpital, le dispositif sera suivi localement dans les prochaines semaines. « Ce dispositif est la mise en place du 12. Nous nous sommes tournés vers Sauv’Life, qui proposait un dispositif immédiatement opérationnel. Nous le suivrons pendant deux mois, puis nous l’évaluerons en nous posant la question de sa pérennité », indique Virginie Cayre. , Directeur Général de l’ARS Grand Est.

À LIRE  Beau retour au judo - JHM

« Dispositif innovant dans la prise en charge des patients non pris en charge par les services d’urgence, qui est une activité extrêmement sensible pour les hôpitaux » (NDLR : +30% au GHRMSA depuis 2019) pour Corinne Krencker, directrice du groupe hospitalier de la région de Mulhouse et Sud Alsace (GHRMSA), l’unité mobile de téléconsultation, animée par un réseau de médecins libéraux, propose une alternative aux systèmes existants. A Mulhouse, citons le Centre de Soins Non Programmés (CSNP), qui a ouvert ses portes en 2021 à côté des Urgences (lire notre article), mais aussi celui de l’association SOS Médecins, en collaboration avec la Fondation de la maison d’ Mulhouse Diaconat, le centre médical de garde (week-end – lire notre article) ou SOS Médecins.

Coût de ce dispositif actif 7 jours sur 7, de 10h à 22h : un peu plus de 50 000 euros pour les deux mois d’expérimentations.

Mots clés : 2022, ARS, Equipe Mobile, GHRMSA, Hôpital, Mulhouse, Mulhouse.fr, Patients, SAMU, Santé, Sauv’life, Téléconsultation, Télémédecine, Urgences