Vendée : un centre médical d’urgence ouvre au Centre Hospitalier Départemental

Photo of author

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Pour désengorger les Urgences, un centre de soins non planifiés vient d’ouvrir à La Roche-sur-Yon, sur le site de l’hôpital. Une vingtaine de médecins du secteur reviennent.

par Lucile Akrich

Publié le 18 janvier 22 à 17h30

Sur le site du Centre Hospitalier Départemental, juste derrière les locaux de l’Etablissement Français du Sang, l’enseigne « Centre di Cure Non Programmée », au pôle de Médecine Générale.

Dans le centre de soins médicaux de l’hôpital, une deuxième salle de consultation a été créée.

Désengorger les Urgences

Il est ouvert depuis le 3 janvier.

Dans ce nouveau Centre de Soins Non Programmés (CSNP), les médecins généralistes reçoivent, cinq après-midi par semaine, des patients en urgence médicale et qui n’ont pas pu obtenir rapidement un rendez-vous avec leur médecin.

« Ce centre de soins non programmés permettra de désengorger le service des Urgences, réservé aux urgences vitales, nous le rappelons. »

Mode d’emploi

« Avant tout, nous serons au service de tous ceux qui n’ont pas de médecin ou qui transitent sur le territoire. »

Ce nouveau dispositif, encore expérimental et unique en France, permettra aux étudiants, particuliers sans médecin ou touristes de passage, de pouvoir consulter rapidement en cas d’urgence.

« En cas de problème médical aigu, il est recommandé de contacter en priorité votre médecin ou un médecin généraliste qui pourrait prendre une consultation d’urgence dans la journée. Seulement si cette option n’était pas possible, les patients pouvaient contacter le 116 117, le numéro du règlement général de médecine, qui peut proposer un rendez-vous si nécessaire, le jour même ou le lendemain.

À LIRE  Crise urgente : 90% des établissements interrogés disent...

Un soulagement pour de nombreux Yonnais qui restent sans recours médical, du fait de la pénurie médicale.

Il y aurait plus de 10 000 familles, à La Roche-sur-Yon, sans médecin.

Ce vendredi, Nicolas Todorovic, le médecin de garde, a reçu quatre patients :

« Un patient avec une otite en phase aiguë d’infection, une personne avec une infection urinaire, une autre en situation de burn-out qui avait besoin d’un soutien psychologique et une autre patiente avec un problème de thyroïde », détaille le médecin de 29 ans.

Il est suppléant dans un cabinet de La Roche-sur-Yon et intérimaire une fois par semaine au Care Center.

Des patients souffrants, souvent infectés – donc douloureux – qui trouvent ici une réponse rapide.

Deux ans de travail

« On se sent utile », résume-t-il.

Pour assurer les consultations, une vingtaine de médecins généralistes volontaires du secteur se sont relayés, « un après-midi par semaine au maximum ».

Séances prises en charge par le Centre Hospitalier Départemental, attractives pour les jeunes médecins en recherche de pratiques mixtes.

Pour compléter le dispositif, des créneaux de consultation dédiés aux urgences médicales sont également proposés par des médecins généralistes bénévoles du territoire via un agenda commun.

L’ouverture de ce centre est l’aboutissement d’un projet porté par les professionnels de la santé du territoire, regroupés dans une association appelée Comunità Professiunale Territuriale Sanitaria (CPTS).

La commune du Centre Vendée, dont La Roche-sur-Yon fait partie, représente 180 000 habitants : pensez à l’échelle du bassin de vie qui s’étend d’Aizenay à Chantonnay jusqu’aux Essarts.

« Ce projet a été construit par les professionnels de santé du territoire. Nous y travaillons depuis deux ans. Il est important car nous répondons à un besoin en termes de soins, le plus proche de la réalité. »

À LIRE  Flyer de la rentrée scolaire 2022 | Ministère de l'Education Nationale et de la Jeunesse

Un deuxième centre de traitement injuste a également ouvert en début d’année en Vendée, à Luçon, dans la même expérimentation, soutenu par le Conseil départemental et l’Agence régionale de santé.