Voitures d’occasion : après Cazoo, Carnext ferme en France

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Le site néerlandais poursuit cependant son activité de vente aux professionnels français, et continue de vendre aux particuliers en Espagne et au Portugal.

Le site Carnext a annoncé jeudi qu’il cesserait de vendre des voitures aux particuliers en France, dans un contexte difficile pour le marché de l’occasion. « Comme vous le savez, les derniers mois ont été difficiles à la fois pour les acteurs du marché de l’occasion et pour les particuliers », a déclaré CarNext sur son site internet. « Nous avons dû prendre une décision difficile et devons malheureusement vous informer que nos magasins sont fermés ».

Le site néerlandais, qui n’a pas souhaité faire de commentaire, a ouvert trois grands magasins à Rennes, Lyon et Maurepas, en banlieue parisienne, et a livré ses véhicules dans toute la France. Carnext a déjà arrêté ses ventes ces derniers mois aux Pays-Bas, en Italie, en Norvège et en Allemagne.

Lire aussiL’Union européenne adopte des règles pour verdir ses batteries, des smartphones aux voitures

Cependant, le site poursuit son activité de vente aux professionnels de l’automobile, et continue de vendre aux particuliers en Espagne et au Portugal. Plusieurs sites internet ont été lancés ces dernières années pour professionnaliser le marché de l’occasion en ligne, encore dominé par la vente entre particuliers.

Le marché du neuf au ralenti

Mais l’amélioration a été de courte durée : les concurrents ont souffert pendant la pandémie et peinent à acquérir des véhicules récents, le marché du neuf toujours freiné par un manque de pièces électroniques. Aux États-Unis, le pionnier du secteur Carvana fait face à de sérieuses difficultés, avec la hausse des taux d’intérêt et le ralentissement économique : la demande s’est calmée et les prix des voitures d’occasion ont commencé à baisser.

À LIRE  Vendre sa voiture d'occasion : quels documents fournir ?

Lire aussi Renault Austral ou Peugeot 408, une Française peut-elle être élue voiture de l’année 2023 ?

Le site Cazoo a annoncé pour sa part, en septembre, qu’il cessait ses opérations dans l’UE pour se concentrer sur le marché britannique. Carnext, qui sponsorise notamment le champion de Formule 1 Max Verstappen, s’est séparé de sa maison-mère néerlandaise, le loueur LeasePlan, début 2021 et a levé 400 millions d’euros pour étendre son offre en Europe.

Elle a ensuite été rachetée fin 2021 par le groupe britannique Constellation, propriétaire de la plateforme concurrente Cinch, qui entendait former un leader européen du secteur, face à l’allemand Auto1, Cazoo mais aussi le français Aramis Auto. Selon une étude publiée par la société Xerfi en septembre, le marché français de l’occasion devrait rester perturbé jusqu’en 2024. Mais ces sites spécialisés ont encore « un potentiel de croissance très important, soutenu par leur notoriété et un modèle économique parfaitement adapté aux transformations ». du marché du véhicule d’occasion », ajoute Xerfi.

VOIR AUSSI – Automobile : près de Nantes, un garage 100% dédié aux voitures électriques