Voitures sans permis : dans l’Orne, les jeunes se sont emparés de ce mode de déplacement

Photo of author
Written By MilleniumRc

Rédacteurs passionnés de culture, d'actualité et nouvelles de tout genre

Ces dernières années, la vision des voitures sans permis de conduire a changé. Merci notamment aux jeunes qui ont repris ce moyen de transport.

« La perception des voitures sans permis a changé ces dernières années », constate Régis Piquet, conseiller commercial chez Perche Loisel Motoculture à Mortagne-au-Perche (Orne).

Le professionnel travaille dans le secteur des voitures sans permis de conduire (VSP) depuis quinze ans. « Quand j’ai parlé des VSP il y a quelques années, j’ai vu des gens assez sceptiques ».

Mais depuis quelques années, les voitures sans permis ont réussi à séduire une nouvelle clientèle : les jeunes. « Nous sommes dans une zone assez rurale. Pour des raisons de sécurité, les parents préfèrent voir leurs enfants conduire une voiture sans permis plutôt qu’un scooter », explique Sébastien Chantepie, patron de l’entreprise Perche Loisel Motoculture.

Des constructeurs qui s’adaptent au marché

Avec un prix moyen compris entre 10 000 et 11 000 euros, ce sont surtout les « jeunes apprentis » qui se tournent vers ce type de voiture. Mais avant de repartir avec leur véhicule, les jeunes doivent montrer « patte blanche », c’est-à-dire justifier d’une séance d’entraînement de huit heures et d’une heure de route. « C’est obligatoire. Sans ça, on ne peut pas leur vendre une voiture », prévient Régis Piquet.

En adoptant ce moyen de transport, cette jeune clientèle a donc poussé les constructeurs à proposer des voitures au design plus désirable. « Nous avons des modèles avec des lignes plus sportives ou plus intelligentes ». Tellement loin de l’image du « cube ».

Dans le Perche, une nouvelle clientèle s’est également développée récemment : les personnes arrivant des grandes villes comme Paris.

À LIRE  Carlos Gomes, Cosmobilis : "Notre objectif est de traiter la voiture sous toutes ses formes"

« Ce sont des gens qui n’avaient pas besoin de permis jusqu’alors, et qui n’en ont donc jamais eu. Mais dans la région, il est indispensable d’avoir un moyen de transport pour se déplacer », précise le conseiller aux entreprises.

Cet article vous a-t-il été utile ? A noter que vous pouvez suivre Le Perche dans la salle Mes News. En un clic, après inscription, vous retrouverez toutes les actualités de vos villes et marques préférées.